Restez connectés avec nous

Anciens

Mohamed Sissoko « Encore aujourd’hui, je n’ai pas envie de cracher sur le PSG »

Il est l’une des premières recrue de l’ère qatarienne du Paris Saint-Germain en 2011, avec les Lugano, Ménez et Gameiro Matuidi… Il a même porté le brassard de capitaine au printemps 2012. Avant de quitter Paris par la petite porte (un prêt à la Fiorentina en 2013 puis un transfert à Levante en 2014), handicapé par une blessure au genou. Mohamed Sissoko, milieu de 32 ans formé à Auxerre puis passé par le FC Valence, Liverpool et la Juventus Turin, n’a jamais pu démontrer son vrai niveau au PSG. Le journal  Le Parisien est allé à sa rencontre dans les Hauts-de-Seine. 

Après son départ de Paris, Mohamed Sissoko se retrouve sans club jusqu’à janvier 2014, ou il s’engage une année avec le club espagnol Levante, il s’est ensuite lancé dans un étonnant voyage, d’abord en Chine et maintenant en Indonésie, aux confins de la planète football. Un trajectoire de carrière étonnante suite à la résiliation de son contrat avec le PSG, expliquée par le principal intéressé :

« Cela s’est passé d’un commun accord. Je venais de vivre une saison très compliquée, notamment à cause d’une blessure, et je n’entrais plus dans les plans de Carlo Ancelotti. Ensuite, j’étais parti en prêt à la Fiorentina mais cela ne s’était pas bien passé non plus. J’étais vraiment au fond du trou à ce moment-là et résilier mon contrat était la meilleure chose à faire, pour le PSG comme pour moi. Il n’y avait rien de personnel là-dedans.

‘Je n’ai jamais réussi à jouer dans la plénitude de mes moyens’

Encore aujourd’hui, je n’ai pas envie de cracher sur le PSG. J’étais surtout très déçu de quitter le club à une période où une grosse équipe était en train de se construire, Je n’ai jamais réussi à jouer dans la plénitude de mes moyens. Même quand Ancelotti m’a donné le brassard de capitaine au printemps 2012, je jouais sur une jambe.J’ai eu l’honnêteté de lui dire que ce brassard était plus un poids qu’autre chose. Il a compris et a donné le capitanat à Christophe Jallet.

Je me suis reconstruit’

Je suis passé par une période où je voulais arrêter le football. Je me suis isolé. Mais avec la foi, le soutien de ma famille et l’aide de Karim Lecannellier, mon préparateur physique, je me suis reconstruit. Je suis parti au Levante, en Liga, où l’expérience a été positive. Je n’avais plus de soucis physiques. C’est alors que j’ai reçu une proposition venue de Chine, au Shanghai Shenhua. Le genre d’offre financière qui ne se refuse pas, mais pas seulement, j’ai mis ma famille à l’abri du besoin depuis quelques années déjà. J’ai simplement retrouvé le plaisir de jouer et, après, c’est une question d’opportunités… Mais ce n’est pas simple quand on est un ex-joueur de la Juve et de Liverpool d’aller signer en Indonésie. Il faut mettre sa fierté de côté. Après, ce fut une expérience merveilleuse, sur le plan humain, spirituel et sportif. J’étais une star là-bas, c’est incroyable.

Appel du pied pour un retour à la Ligue 1 

Je suis libre de tout contrat et j’ai encore la rage pour retrouver le devant de la scène. J’ai envie de montrer ce que je vaux. Et quand je regarde des matchs de Ligue 1, sans vouloir manquer de respect à quiconque, je me dis que j’ai encore ma place dans le Championnat de France. Pas forcément dans une équipe de haut de tableau, d’accord… Mais je ne représente aucun risque financier pour un club. Je suis gratuit et je ne suis vraiment pas gourmand. Il faut juste qu’un président ait le courage de penser à moi… un peu comme l’OM l’a fait avec Lassana Diarra. Sinon, je repartirai à l’étranger, au Mexique ou en Malaisie. Je suis devenu un globe-trotter du foot (rires). »

Une interview pleine de sincérité de la part de l’ancien milieu parisien qui exprime ses regrets sous les couleurs parisiennes. C’est bien de voir un joueur qui n’accuse pas le club pour ses déceptions et sait assumer sa responsabilité. Notamment à cause de sa condition physique qui l’a fortement freiné dans sa carrière qui avait pourtant très bien débuté.

En tout cas, il assume ses choix forts au long de sa carrière,  aujourd’hui le joueur de 32 ans se verrait encore bien en ligue 1 et le fait savoir, le message est donc envoyé. Reste à voir s’il sera entendu. Il serait bien pour Sissoko d’avoir une nouvelle opportunité dans un bon championnat européen. Et il y a sans doute des équipes de Ligue 1 où il pourrait être utile.

Publicités

Vidéos Football

 

Articles récents

Autres articles présents dans Anciens