Restez connectés avec nous
PSG/Basaksehir - L'enquêteur de l'UEFA rapporte qu'il n'y a pas eu de déclarations racistes
©Photo Icon Sport

Autour du PSG

PSG/Basaksehir – L’enquêteur de l’UEFA rapporte qu’il n’y a pas eu de déclarations racistes

C’est une histoire qui avait fait grand bruit et qui fera date dans l’histoire du football. Le quatrième arbitre avait désigné, le 8 décembre dernier, Achille Webo, le coach adjoint du club de Basaksehir, comme « le noir », « negru » en roumain (voir ici). Les joueurs du Paris Saint-Germain et de l’Istanbul Baskasehir avaient décidé de quitter le terrain pour ne plus jamais reprendre le match ce soir-là (les 77 minutes restantes ont été jouées le lendemain, victoire du PSG 5-1). Symbole de la lutte contre le racisme, ce match a été passé au crible par l’enquêteur disciplinaire de l’UEFA comme le rapporte le journal Le Parisien, qui a indiqué que le 4e arbitre n’aurait pas tenu des propos à connotations racistes. Maintenant, c’est à la commission de discipline de trancher, en prenant compte de ce rapport de l’UEFA.

L’enquêteur de l’UEFA ne retient pas les propos racistes

C’est un fait rare dans le football, qu’un match soit arrêté par les deux équipes. Cette histoire a bouleversé les joueurs et pourrait bien avoir des répercussions positives dans la lutte contre le racisme et toute forme de discrimination. C’est devenu un symbole, salué par tous. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. L’enquêteur de l’UEFA a indiqué que le 4e arbitre n’aurait pas tenu des propos à connotation raciste. Pour autant, dans son rapport, il rajoute la possibilité d’engager des poursuites contre deux des arbitres pour « une violation potentielle » de l’article 11 qui touche aux principes de conduites ».

Mais dans cette histoire, c’est bien l’article 14 qui était recherché sur les « conduites racistes ou discriminatoires ». L’UEFA et son enquêteur ne l’ont pas invoqué, et cela, après plus de deux mois d’enquêtes. Il est très difficile de connaître tous les tenants et aboutissants de cette affaire. Pour autant, les joueurs n’ont pas eu une réaction de cette ampleur au hasard. Il y a eu un fait, des mots qui ont profondément marqué les acteurs sur le terrain. D’un seul homme, ils se sont réunis pour marquer le coup et ne pas reprendre le match.

La justice est pointilleuse et n’est pas dans les émotions. Elle traite les cas avec l’appui d’articles et de jurisprudences quand les joueurs eux ont réagi à l’instinct. L’enquête de l’UEFA n’a pas le dernier mot dans cette histoire. C’est bien la commission de discipline qui tranchera.

La commission de discipline va devoir trancher

Avec cette histoire, l’UEFA le sait, elle marche sur un fil. La commission de discipline va donc récupérer une affaire qui a fait et continuera à faire du bruit. On en saura plus dans 3 semaines environ et le verdict sera bien évidemment très attendu. Pas sûr que le rapport de l’enquêteur de l’UEFA satisfasse grand monde, mais la commission de discipline a le devoir d’en prendre compte pour se décider. Cette situation épineuse pour beaucoup de monde pourrait faire renaître le combat tant, les acteurs ont martelé les faits lors de la rencontre et après dans les médias.

Les joueurs et arbitres avaient marqué le coup avec ce genou à terre avant la reprise de la seconde partie du match. Des images fortes qui sont encore dans les esprits, ce qui met encore plus la pression sur la commission disciplinaire pour rendre ses conclusions. Il ne reste plus qu’à attendre et accepter le verdict. Mais si la commission valide l’enquête de l’UEFA, cette sombre histoire pourrait ne pas s’arrêter de sitôt tant les joueurs et acteurs du football pourraient monter au front face à ce qu’ils considéreraient comme une injustice.

Retrouvez ici notre Podcast « Caen/PSG (0-1) – Les tops et flops, Neymar, Draxler et Pochettino »

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Vidéos PSG

Autres articles présents dans Autour du PSG