Restez connectés avec nous

Club

Dortmund/PSG – Tuchel évoque Neymar, la préparation et les émotions « chaque année a son histoire »

Dortmund/PSG - Tuchel évoque Neymar, la préparation et les émotions "chaque année a son histoire"
Publicités

Mardi, dans le cadre des 8es de finale allers de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain affrontera le Borussia Dortmund au Signal Iduna Park (coup d’envoi à 21h, diffusion sur RMC Sport). A la veille de cette rencontre, le coach parisien Thomas Tuchel a répondu à plusieurs questions en conférence de presse. L’occasion d’évoquer la situation de Neymar (attaquant de 28 ans), la préparation de la rencontre avec l’aspect émotionnel et la façon d’aborder cet affrontement.

Tuchel « On n’a pas un autre joueur avec la même qualité. »

Comment va Neymar ? Que change sa présence ?

Il est là, il va bien et il va jouer demain si l’entraînement se passe bien. Cela change presque tout pour nous s’il joue, en positif.

Publicités

Expliquer en quoi il peut tout changer ?

C’est très facile, cela change tout parce qu’avec Neymar sur le terrain on a ses qualités et sa confiance. Il a la capacité pour faire des choses décisives. Cela change les choses pour les coéquipiers, pour Kylian Mbappé. Cela donne de la confiance à toute l’équipe. On n’a pas un autre joueur avec la même qualité.

Tuchel « Il faut rester calme, attentif et intelligent. »

Guardiola a dit que la Ligue des Champions se gagne sur le contrôle émotionnel ?

S’il le dit, il doit savoir, avoir raison. C’est difficile de contrôler les émotions et encore plus dans ce stade. Je ne sais pas si c’est possible. Ce sera presque impossible de le faire pendant les 90 minutes. On doit jouer de façon intelligente, de façon pas trop émotionnelle. Mais si cela le devient, on doit s’adapter et avoir la capacité de combattre. C’est un match de très haut niveau, avec une grande intensité. Il faut rester calme, attentif et intelligent.

Il ne faut pas trop en faire avec les joueurs avant le match ?

Puis il y a de pression, plus le match est grand, moins on en dit. On sent que l’atmosphère est spéciale. On doit être préparé, cela se fait des semaines et des mois avant. Cela ne se fait pas dans les derniers 2 jours. On le fait dans le travail quotidien. J’ai l’impression que l’équipe a montré depuis beaucoup de semaines que nous sommes prêts et c’est le moment pour le montrer.

Le meilleur poste pour Sarabia ? Il va commencer demain ?

Je ne peux pas le dire (rires). Pour moi, son meilleur poste est proche de la surface pour avoir la possibilité de faire des courses agressives dans la surface et pour faire des dernières touches décisives, que ce soit des buts ou des passes décisives.

Tuchel « On va essayer tous de combattre pour gagner cet affrontement. Après, il faut accepter le résultat. »

Si on travaille l’aspect psychologique ? Si on a pensé au fait d’avoir un préparateur ? Ou c’est uniquement sportif ?

Ce n’est jamais uniquement sportif, dans aucun sport. Mais j’ai dit à l’équipe juste après le match contre Manchester que l’on aura la même situation à gérer, car cela veut dire que l’on sera arrivé à ce moment encore. C’est le sport, on peut perdre de façon dur, de façon bizarre. J’ai été triste, mort après le match. Mais c’est le sport. Il faut accepter et revenir avec le sourire. C’est la compétition. Nous sommes encore là.

On peut avoir des choses dans la tête, donc peut-être que ça sera un peu plus difficile. Mais, voilà, on veut jouer la Ligue des Champions et combattre encore. On a fait une phase de groupes excellente. On ne peut pas contrôler le résultat. On ne peut contrôler que nous, l’atmosphère et notre préparation. On va essayer tous de combattre pour gagner cet affrontement. Après, il faut accepter le résultat.

Tuchel « C’est important de profiter, c’est du football. »

Si le traumatisme est encore là ? De la peur ?

Je ne sais pas exactement, mais si vous perdez 3 fois en 8e de finale et tu arrives pour la 4e fois, cela change la situation. Mais chaque année a son histoire. On doit accepter que c’est comme ça. C’est du sportif. Il y a des professions plus importantes que nous, car c’est plus que du sport. Cela arrive de perdre, on ne veut pas, on veut l’éviter. Mais il faut l’accepter pour grandir et se développer. Le premier match n’était pas un problème l’année dernière (rires). On doit gagner après les deux et peut-être on pourra respirer un peu plus facilement. C’est important de profiter, c’est du football.

Nous avons aussi évoque cette rencontre avec l’ancien Titi parisien Grégory Paisley :


 

Articles récents

Autres articles présents dans Club