Restez connectés avec nous
Bruno Roger Petit s'inquiète de l'absence de réaction de la LFP face aux propos de Squillaci

Médias

Bruno Roger Petit s’inquiète de l’absence de réaction de la LFP face aux propos de Squillaci

Comme on le sait, Squillaci a voulu provoquer Zlatan Ibrahimovic lors du match opposant Bastia au Paris-Saint-Germain. Des paroles fortes qui n’ont pas été condamnées, au regard de Bruno Roger Petit, qui souligne la faiblesses des instances du football au niveau français par rapport à cet incident.

Si le Suédois n’a pas réagi aux paroles du Corse, se contentant de demander à l’arbitre de « le faire taire », il n’en est pas moins que cet échange entre les deux joueurs, qui n’a rien à faire sur les terrains de football, est passé presque inaperçu dans les médias.

Une aberration aux yeux du journaliste qui a réagi sur son blog concernant l’accrochage :

« On a peu parlé de lui et de ses injures lancées à l’avant centre parisien. Et pourtant, la scène est d’anthologie. Le tout a été retransmis en direct sur les antennes de Canal+, sans que cela ne déclenche un tempête médiatique de premier ordre. Pas de réaction de la Ligue. Pas d’annonce de réunion de commission d’enquête. Pas de promesse de sanctions. Pas de communiqué du club bastiais. A l’image d’Ibrahimovic, qui n’est pas tombé dans le panneau de la provocation, c’est silence radio. Ce silence inquiète. D’une part, parce que l’on aimerait bien savoir pourquoi Squillaci était si en colère contre Ibra. Quelque chose s’est passé sur le terrain, durant le match, qui l’a profondément indigné. Et l’a conduit aux injures. En second lieu, on ajoutera que ce silence général ne sert guère l’image de la Ligue 1. Le football professionnel français est donc une zone de non-droit, où l’on peut s’injurier, sous l’oeil des enfants et amateurs de football de France et de Navarre, comme si de rien n’était ? Si l’exemple donné en haut est celui du relâchement sur l’essentiel, il ne faut pas s’étonner des dérives du bas. Voilà pourquoi, en dépit du grand silence qui règne sur l’incident, on ne devrait pas prendre l’incident Squillaci à la légère, en ce qu’il est emblématique des dérives du football. Un mauvais exemple à ne pas suivre, mais à sanctionner.« 

Il est vrai que ce passage sous silence est vraiment étonnant. En tout cas, si cela avait été l’inverse et Zlatan qui avait asséné ce discours, on peut être sûrs que l’incident aurait été un nouveau scandale national, relayé dans toutes les rédactions en continu. Il est donc de bon ton de s’interroger comme le fait Roger-Petit sur les coulisses de ces paroles et réfléchir à d’éventuelles sanctions.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Médias