Restez connectés avec nous
Camara évoque la formation, l'idée d'un club satellite et l'évolution des jeunes
©Iconsport

Actu Jeunes

Camara évoque la formation, l’idée d’un club satellite et l’évolution des jeunes

Zoumana Camara, entraîneur des U19 du Paris Saint-Germain, s’est exprimé dans L’Équipe au sujet des joueurs du centre de formation et des possibilités d’évolution dans un club comme le PSG. Il évoque aussi l’idée d’un club satellite mais surtout que ce dernier ait une « philosophie » comme celle du club parisien. Enfin, pour lui, le départ de certains talents est inévitable et invite tout le monde à regarder ceux qui restent plutôt que ceux qui partent.

Camara « Le club est en train de rapprocher la Nationale 3 pour permettre aux joueurs de se développer »

« Estimez-vous que les jeunes joueurs du centre de formation au PSG ont plus de place en équipe première ?

Il n’y a pas de différence. Quand un joueur est talentueux, comme Coman, Rabiot ou Augustin, il y parvient. Et ça continuera, Warren (Zaïre-Emery, 16 ans) et El Chadaille (Bitshiabu, 17 ans) y arrivent. La question que l’on doit se poser, c’est pour des joueurs qui ont un développement un peu plus lent et qui ont besoin d’étapes. La difficulté elle est là. Le club est en train de rapprocher la Nationale 3 pour permettre aux joueurs de se développer.

Camara « Il faut que dans ce club satellite il y ait une philosophie, qui ressemble à ce que fait le PSG »

La création d’un club satellite peut-elle être la solution ?

Ça pourrait être intéressant mais il faut que dans ce club satellite il y ait une philosophie, qui ressemble à ce que fait le PSG. Si vous avez une équipe qui balance des longs ballons ou que ça castagne, et que vous voulez de futurs Verratti ou Vitinha, ça va être un problème (sourire). »

La création d’un club satellite est peut-être la solution afin de donner du temps de jeu aux plus forts joueurs et ainsi leur permettre de jouer avant de revenir plus tard quand ils sont plus prêts. Mais comme le dit Camara, il ne faut pas que ce soit un club « réserve » il faut avant tout qu’il y ait un lien entre ce que veut proposer le PSG et ceux que va proposer le club satellite. Il faut que le club serve de tremplin de progression et surtout qu’au retour du joueur, il soit capable de s’intégrer dans le style de jeu parisien. Souvent un jeune a explosé en prêt mais ne rentre pas dans les plans parisiens par l’habitude d’évoluer dans un autre système, avec une animation.

Camara « Ils doivent prendre leur mal en patience »

« Comment réagissez au fait que Warren Zaïre-Emery, par exemple, ait peu ou pas de temps de jeu en équipe première ?

Les voir avec les pros est déjà une satisfaction. On aimerait nous aussi qu’ils aient plus de temps de jeu mais la concurrence est féroce. Peut-être que dans des clubs de L 1, ils auraient beaucoup plus de temps de jeu. Le fait d’être au PSG, l’exigence, la qualité du groupe font que les minutes sont moindres. Ils doivent prendre leur mal en patience.

Camara « Tous les grands clubs européens ont laissé partir des joueurs qui ont réussi »

Mais il y a un risque évident de découragement. Quand on voit la réussite de Xavi Simons (*), pourquoi resteraient-ils ?

Mais ça a été une étape pour Xavi. Il est entré quelques fois en L 1 l’an dernier. Derrière, ce sont peut-être ces bouts de match et ce travail qui font sa réussite d’aujourd’hui. Je pars du principe que dans la formation, à un moment donné, c’est un entonnoir, on va toujours parler des joueurs qu’on n’a pas réussi à garder. Mais il y en a qui sont là et qui performent. Tous les grands clubs européens ont laissé partir des joueurs qui ont réussi. Il faut l’accepter. »

Les cas Xavi Simons et Warren Zaïre-Emery, milieu de 16 ans, sont différents. L’un a eu sa chance mais n’a pas convaincu dans un secteur qui est un peu bouché offensivement. Zaïre-Emery a plus de chance de prendre sa place, car au milieu de terrain il y a moins de concurrence, moins de stars. Mais le parisien est encore très jeune, il ne faut pas non plus aller trop vite. Il est déjà rentré avec les pros, il n’a pas 17 ans. Son temps de jeu devrait monter petit à petit, jusqu’à ce qu’il devienne un concurrent légitime aux autres. Avec le temps, il peut croire en sa bonne étoile. Le club doit encore apprendre à gérer le cas de ses pépites et ne pas oublier de les lancer dans le grand bain. Galtier a entamé cette transition, à lui de faire progresser les jeunes.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Actu Jeunes