Restez connectés avec nous
Edito - 2022, la grande crise au PSG : retour sur les étapes du projet QSI et les limites. 4/5
©IconSport

Autour du PSG

Edito – 2022, la grande crise au PSG : retour sur les étapes du projet QSI et les limites. 4/5

Le Paris Saint-Germain vit sa plus grande crise depuis l’arrivée des dirigeants qataris. Mauricio Pochettino est en fin de chaîne et le cycle glorieux du PSG, qui avait déjà commencé à décliner a sérieusement pris un coup derrière la tête. On se penche sur le PSG depuis 2011, avec le contexte lié à l’arrivée de chaque entraîneur, la qualité de l’effectif, saison après saison (matérialisé par des étoiles donc subjectives). Ces étoiles représentent la qualité du PSG sur le papier et non la qualité de l’effectif en lien avec la saison. Pour cela, on se penche saison après saison sur le palmarès et les temps faibles et forts. Enfin, on essaiera de déceler les limites de chaque entraîneur, de chaque partie du projet afin de déceler les éléments qui ont permis au PSG de faire de grandes saisons ou au contraire qui ont vu le club parisien afficher des failles importantes. Voici la 4e partie (retrouvez ici la première, ici la deuxième et ici la troisième) avec le passage de Thomas Tuchel de l’été 2018 à décembre 2020.

2018/Décembre 2020 : Tuchel : l’entraîneur de caractère

Contexte

Avec Emery, les choses n’ont pas fonctionné comme les dirigeants le souhaitaient. Il y a eu du bon, un jeu parfois spectaculaire et des matchs très aboutis, mais aussi des choses négatives que l’entraîneur a bien eu du mal à digérer, la remontada en 2017 et la défaite contre Madrid en 2018, les deux fois en 8e de finale de la Ligue des Champions. Le PSG s’est alors tourné vers un autre profil d’entraîneur avec la personne de Thomas Tuchel. Arrivé en provenance du Borussia Dortmund, avec des certitudes sur son jeu, l’Allemand est aussi un coach avec un gros caractère capable de diriger une équipe avec plus de fermeté que son prédécesseur. Après deux échecs en Ligue des Champions successifs, Tuchel est très attendu au tournant.

Effectif (Nombre d’étoiles)

 ⭐️⭐️⭐️⭐️

Edito - 2022, la grande crise au PSG : retour sur les étapes du projet QSI et les limites. 4/5

Thomas Tuchel bénéficie pour sa première saison d’un effectif de haut niveau. On a un appauvrissement du banc de touche mais l’équipe possède de belles qualités. Aréola n’est pas indiscutable, Meunier n’est pas le joueur espéré et la pauvreté au milieu de terrain laisse apparaitre certaines limites.

 ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Edito - 2022, la grande crise au PSG : retour sur les étapes du projet QSI et les limites. 4/5

Pour sa seconde saison, l’effectif de Tuchel ne va pas trop être modifié. Exit Rabiot, le PSG perd en qualité technique mais Keylor Navas arrive dans les buts. C’est encore une belle équipe de Paris mais il manque encore de la profondeur de banc. L’attaque est exceptionnelle sur le papier avec un Cavani en arrière plan qui montre bien que l’Allemand avait à sa disposition une équipe taillée pour faire de belles choses.

Résultats

2018/2019 : Titre en Ligue 1 (91 points, meilleure attaque (105 buts) meilleure défense (35 buts encaissés), Trophée des Champions et 8e de finale de Ligue des Champions

Cette équipe du PSG 2018/2019 a commencé la saison avec une force incroyable. Invaincus jusqu’à la 22e journée de Ligue 1, Tuchel a réussi un exercice de style de grande qualité. Il a montré des qualités d’adaptation aux adversaires, mais aussi une volonté de corriger à l’intérieur même des matchs, les choses qui n’allaient pas. On a vu un PSG très fort, très sûr de lui. Mais la seconde partie de saison a été moins bonne. Défaite en Coupe de France (finale), défaite en Coupe de la Ligue (quart de finale), Paris a payé cher la défaite en 8e de finale de la Ligue des Champions contre Manchester United. Cette défaite 1-3 au Parc des Princes après avoir gagné 0-2 à Old Trafford va marquer un coup d’arrêt énorme pour les Parisiens. 

Encore une fois assez dominateurs à l’aller, le match retour aurait dû être une formalité contre des Mancuniens décimés qui sont arrivés à Paris avec une équipe très jeune. Mais comme Paris a du mal quand il est favori, on a vu ce que personne ne voulait voir, mais qui semble symboliser ce qu’est le PSG depuis quelques saisons. La remontada contre Barcelone est certes un coup de tonnerre, mais elle reste aussi le point de départ de tous les maux et d’une défaillance au niveau mental que les joueurs n’arrivent pas, à outrepasser. Au final, deux titres et trois grandes déceptions, la première saison de Tuchel n’a pas totalement rassuré.

2019/2020 : Titre en Ligue 1 (68 points, meilleure attaque (75 buts) meilleure défense (24 buts encaissés), Trophée des Champions, Coupe de France, Coupe de la Ligue et finale de Ligue des Champions

C’est une saison particulière. Avec l’arrivée du Covid qui a chamboulé la planète entière au début de l’année 2020, le PSG a vu sa saison s’arrêter à 10 journées de la fin. Heureusement pour eux, ils étaient en tête à ce moment là, largement et se sont vu attribuer le titre de Champion de France. Mais les autres compétitions ont toutes été arrêtées pendant de long mois. Avant la crise, le PSG avait réussi son oral, en renversant Dortmund en 8e de finale de la Ligue des Champions. Après trois années arrêtés en 8e de finale, c’est avec une grande joie que les Parisiens ont pu célébrer avec leur supporters. Pourtant après le match aller, on croyait encore que Paris allait échouer au même stade. Les similitudes était bien là mais cette fois, on a vu une différence de taille. Défaits à l’aller, le PSG pourtant favori avant ce match a du se mobiliser pour gagner le match retour et avec les critiques, il n’étaient plus officiellement favoris pour le match retour.

C’est une différence notable avec les défaites en 2017 et 2019, où à chaque fois Paris s’était écrasé au match retour après avoir parfaitement géré le match aller. Qu’on se le dise, Paris n’aime pas être favori et a souvent déjoué les années précédentes quand ils avaient ce statut. Mais la Covid a tout chamboulé. Désormais, c’est une Coupe de France et de la Ligue qui se jouera en juillet après les levées des restrictions sanitaires et l’UEFA a choisi de mettre en place un Final 8 des huit dernières équipes qualifiées pour la Ligue des Champions. Une sorte de tournoi, dans une bulle sanitaire avec un match sec par rencontre. Pour la première fois de son histoire et non sans peine, le PSG va atteindre la finale de la compétition. La victoire n’est pas passé loin mais le Bayern Munich a mérité son trophée. Il a manqué un peu de confiance à ce PSG là. Mais cette saison a tout de même été exceptionnelle en tous points.

Septembre 2020/Décembre 2020

Tout va très vite dans le football. La formule est usée encore et encore, mais elle se révèle toujours pleine de sens. Thomas Tuchel, après sa finale de la Ligue des Champions sera viré 4 mois plus tard. 6 mois plus tard, il remporte la Ligue des Champions avec Chelsea, mais ça, c’est une autre histoire. Alors pourquoi Thomas Tuchel a-t-il été débarqué ? Dans le jeu, le PSG n’y est plus, mais ce début de saison après la première crise du Covid, est une mascarade. La première journée de Ligue 1 est jouée le même jour que la finale de la Ligue des Champions (final 8 en août exceptionnellement). Le PSG est clairement lésé et va laisser s’incliner deux fois lors des 3 premières sorties. Le PSG arrive d’abord décimé contre Nice, seuls VerrattiBernat et Kimpembe font office de titulaire habituellement, le reste, c’est une équipe hybride avec une majorité de joueurs du centre de formation. 

Puis le match d’après, c’est le classico, si tôt dans la saison, comme pour mieux lancer l’éphémère chaîne de Médiapro Téléfoot. Le PSG va perdre en novembre, puis décembre, contre Monaco et l’Olympique Lyonnais. À cela, on rajoute deux défaites lors des 3 premiers matchs de poule de la Ligue des Champions et on comprend très vite dans le comportement de Thomas Tuchel que l’agacement est de mise. Son entente avec Leonardo vole en éclats et ses choix de mettre Marquinhos au milieu et la nouvelle recrue Danilo Pereira en défense va être la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Après 17 journées, la veille de son licenciement, il est 3e de Ligue 1 avec un point de retard sur Lyon et Lille et est qualifié pour les 8es de finale de la Ligue des Champions.

Jeu

Thomas Tuchel est à analyser en 3 phases. Des débuts tonitruants où il laisse l’impression de se remettre en cause tout le temps. Il fait des changements tactiques en cours de match et son PSG est irrésistible. Jeu offensif, défense solide et un vrai projet de jeu, c’est du grand Thomas Tuchel. Puis il y a le 8e de finale de Ligue des Champions contre Manchester United en 2019. Vainqueurs à l’aller à Old Trafford, les Parisiens vont alors recevoir une équipe décimée de Manchester au Parc des Princes. 

Alors que tous les voyants sont au vert, le PSG va passer totalement à côté. Puis vient le temps du Tuchel combattant. Il ne déploie plus un jeu fantastique, mais arrive à créer une émulsion avec son équipe à l’image du match retour contre le Borussia Dortmund en 2020, mais aussi contre l’Atalanta Bergame, Leipzig durant le Final 8. C’est un PSG besogneux dont nous avons à faire, mais la combativité est là. Ensuite, le club va avoir du mal à se remettre de la déception d’une finale de Coupe d’Europe perdue.

Limites

Thomas Tuchel a fait beaucoup de câlinothérapie avec ses joueurs à son arrivée. Loin de son image laissée en Allemagne, la mayonnaise prend, mais les mêmes maux ressortent avec cette terrible défaite contre Manchester alors que le PSG avait la double confrontation en main. Puis Tuchel s’est tendu et le PSG a vacillé dans le jeu. Mais la force de Tuchel, c’est aussi de savoir mobiliser son groupe. Il demeure le seul entraîneur de l’histoire du PSG à avoir emmené les Rouge et Bleu en finale de la Ligue des Champions. Il a dû abandonner certains principes en route, mais il a réussi quelque chose de grand. Mais Tuchel, c’est aussi une grande « gueule » et avec Leonardo ça ne passe pas. 

Les conférences de presse sont devenues lunaires à la fin de son passage à Paris. Il est l’entraîneur qui a le plus contesté et il a été sommé de partir. Après Blanc, le linéaire, Emery le taciturne, c’est Tuchel qui saute et le PSG qui doit repartir sur du neuf. Décidément, Paris a bien du mal avec ses entraîneurs sur la durée. Malgré les changements, les problèmes perdurent et le PSG va tout miser sur Mauricio Pochettino.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Autour du PSG