Restez connectés avec nous
La ministre des sports heureuse du calme en tribunes

Autour du PSG

La ministre des sports heureuse du calme en tribunes

Le Paris Saint-Germain a depuis toujours été constamment scruté, que ce soit par les spécialistes du ballon rond, les supporters et même les politiques. Bien que politique et sport ne fassent rarement bon ménage tant ces deux sujets sont clivants et déchainent les passions, il en ait quand même qui s’essayent à cet exercice périlleux. Dernièrement, la ministre des sports, Mme Maracineanu s’est exprimée dans le Journal du Dimanche sur la pacification des tribunes.

“Je suis heureuse qu’une prise de conscience du problème ait eu lieu de la part des arbitres, joueurs, entraîneurs et aussi de quelques personnalités. Je n’ai pas non plus l’ambition de changer complètement la configuration des tribunes et des chants en un an ou deux. Mais dans nos stades, on n’entend plus, ou très rarement, de cris de singe ou de la discrimination raciale envers les joueurs. Ce n’est pas le cas dans tous les pays. Or le sport doit prendre sa part dans les combats de société.”

On se demande si la ministre se félicite ici du retour du calme dans les stades, retour amorcé largement avant l’élection du président actuel et donc de ce gouvernement. Par exemple, le Plan Leproux, destiné à pacifier les travées du Parc des Princes a été instauré en 2010, soit 7 ans avant son arrivée. De plus, vu l’accueil qui lui a été réservé récemment au stade du Red Star le 14 décembre dernier, on comprend mal son discours sur les tribunes. Quant à une éventuelle révolution, il semble plus logique que les possibles changements viennent de la Ligue et ou de la Fédération Française. Seuls les préfets interviennent dans la vie des supporters par les arrêtés rendant possible ou non leur déplacement. Pour le reste, il n’y a vraiment rien de nouveau sous le soleil.

Seule vraie raison de se réjouir, l’absence quasi totale de scène raciste dans les stades de Ligue 1. Si dans ce domaine, la France effectivement est un peu plus sereine que l’Italie par exemple, ce combat n’est pourtant jamais gagné d’avance et la pression doit être maintenue pour éviter ceux qui utilisent des raccourcis pour justifier telle ou telle chose. Mais encore une fois, on voit mal ce qui a été fait par ce gouvernement sur ces deux dernières années pour combattre ce fléau et donc la raison d’en parler voire de s’enorgueillir. Comme le dit si bien le dicton, parfois le silence est d’or.

 

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Autour du PSG