Restez connectés avec nous
PSG/Bayern Munich (2-2) - Ollé-Nicolle évoque la qualification, le mental et la force des joueuses
©IconSport

Club

PSG/Bayern Munich (2-2) – Ollé-Nicolle évoque la qualification, le mental et la force des joueuses

Didier Ollé-Nicolle, entraîneur de l’équipe féminine du Paris Saint-Germain, s’est exprimé sur le site du PSG après la victoire contre le Bayern Munich comptant pour les quarts de finale retours de la Ligue des Champions Féminine (voir le résumé de PSG/Bayern Munich ici) qui permet à Paris de se qualifier (4-3 au cumulé). L’entraîneur parisien a exprimé sa satisfaction malgré les difficultés. Il a souligné la force mentale de ses joueuses mais ne veut pas s’enflammer, conscient du travail qu’il reste à effectuer.

Ollé-Nicolle « A ce moment là il faut être costaud parce qu’on peut prendre un gros coup derrière les oreilles »

« On a parlé de collectif de tactique, on a préparé ce match, par rapport au Bayern, les points d’améliorations par rapport au match aller. Mais aussi y’avait un point important, la mentalité, la mentalité de l’effort, la mentalité ensemble et de savoir souffrir ensemble sur des moments. A Fleury on était mené et on est revenu progressivement pour gagner et aujourd’hui, quand les allemandes ont égalisé ou mené 2-1, c’était un peu plus que 2-1 même puisqu’elles avaient l’emprise sur le jeu. A ce moment là il faut être costaud parce qu’on peut prendre un gros coup derrière les oreilles et les filles ont réussi à garder le cap. L’idée c’était de rester bien organisé, de rester sur le coup qui pouvait être décisif. Après on va pas faire les malins, c’est arrivé, ça s’est bien passé. On en tire profit et beaucoup de bonheur mais aussi, on a beaucoup de travail. »

On sent dans les propos de l’entraîneur que les joueuses ont dû aller piocher dans leur mental pour ne pas sombrer. Le travail effectué au quotidien paye pour cette équipe qui n’a jamais lâché malgré les difficultés. Les Parisiennes ne sont pas passées loin d’un mauvais scénario, mais le Parc des Princes a aidé à maintenir le cap vers la qualification. Mais on l’a vu, il y a du travail à effectuer. C’était une belle équipe du Bayern Munich, pourtant largement diminuée par sept cas de Covid et la suspension de leur attaquante. 

Pourtant, les Allemandes ont fait ce qu’il fallait, mais les joueuses d’Ollé-Nicolle ne se sont pas affolées. Il ne fallait pas prendre de troisième but, cela aurait été dur dans les têtes. Maintenant, place à la demi-finale, qui s’annonce compliquée. Mais avec cette équipe féminine du PSG, tout est possible. Il va encore falloir le prouver durant les deux prochains matchs et aussi jouer un peu plus juste et avec plus de maîtrise. Mais pour la victoire d’hier, ne boudons pas notre plaisir.

 

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Club