Restez connectés avec nous
Soler se confie : sa négociation avec Valence, son départ et son rôle au PSG
©Iconsport

Club

Soler se confie : sa négociation avec Valence, son départ et son rôle au PSG

Carlos Soler, milieu (plutôt offensif) de 25 ans arrivé au Paris Saint-Germain cet été en provenance de Valence, s’est confié au cours d’une longue interview accordée à Superdeporte et Levante EMV. L’occasion pour l’international espagnol de revenir sur les discussions avec son ancien club pour une éventuelle prolongation de son contrat qui s’arrêtait en 2023, d’expliquer un départ que certains ont vécu et d’évoquer sa place au PSG.

Soler « je savais qu’il y avait une négociation en cours, mais elle n’était pas close. »

Tu n’as même pas eu le temps de dire au revoir sur le terrain, ni de dire pourquoi tu es parti.

Oui, c’est pourquoi je veux faire de cette interview l’adieu que je n’ai pas pu faire. Et je veux m’expliquer, donner ma version, dire ma vérité. Les fans ont vu que je partais le dernier jour du marché, que je n’ai même pas dit au revoir sur le terrain et ils méritent de tout savoir.

Le soir du match contre l’Atlético, je savais qu’il y avait une négociation en cours, mais elle n’était pas close. Le lendemain, nous avons entendu la dernière offre de Valence. Ensuite, j’ai dû aller au PSG et commencer à travailler. Tout est allé très vite.

Soler « Je vais être fan de Valence où que je sois, à Paris ou ailleurs. »

Quelle est la vérité de Carlos Soler et de Valence ?

Depuis que je suis petit, je rêve de marquer des buts à Mestalla, de célébrer des choses, avec les supporters, des titres. J’ai pu m’en procurer un dont je suis très satisfait. Et je suis fier de partager un vestiaire avec de merveilleux coéquipiers et ce furent des années magnifiques.

Soler se confie : sa négociation avec Valence, son départ et son rôle au PSG

©Iconsport

Je ne parle pas seulement de l’équipe professionnelle, je parle des 18 années que j’ai passées là-bas, des sept ans aux 25 que j’ai maintenant. C’était super. Je me souviens de beaucoup de gens de l’académie.

Toutes les personnes qui travaillent autour du club sont formidables, elles font un travail que personne ne voit et qui est essentiel. Tous les coachs que j’ai eus. Toute cette étape a été magnifique et j’en garde un souvenir inoubliable. Je vais être fan de Valence où que je sois, à Paris ou ailleurs. J’ai vu tous les matchs depuis que je suis parti. (…) Et j’aimerais même aller voir des matchs si l’occasion se présentait.

Soler « je commence une nouvelle étape, avec le plus grand espoir d’apprendre de nouvelles choses. »

Évidemment, il n’est pas facile de quitter sa ville, sa maison, tout. Parce que j’ai 25 ans et j’ai passé 25 ans là-bas à Valence, avec mon peuple, mes amis, que je soutiens encore depuis l’école. Quitter tout cela n’est pas facile, cela a été la décision la plus difficile que j’ai eu à prendre. Et maintenant, je commence une nouvelle étape, avec le plus grand espoir d’apprendre de nouvelles choses dans une nouvelle ville et de partager un vestiaire avec de nouveaux coéquipiers, en remportant également des titres. Grandir, définitivement

Soler « Je cherchais un contrat à long terme à Valence, je cherchais un projet sportif ambitieux pour jouer la Ligue des champions et puis des conditions économiques aussi. »

Qu’est-ce qui t’a amené à partir ?

C’est une question compliquée, car il n’a pas été facile de prendre la décision de partir, ça ne l’a vraiment pas été. Il y a eu une négociation pour essayer de renouveler le contrat pendant un an et demi au cours de laquelle certaines choses se sont produites, au cours desquelles moi, avec mes agents, ma famille aussi, mes proches, mes amis… Au final, j’ai pris une décision, mais je me suis toujours laissé conseiller.

Mes agents et moi avons adopté une stratégie de dialogue avec le club et de recherche des conditions tant sur la durée du contrat qu’économiques, pour le projet sportif du club. Nous avons eu quelques années difficiles et vous n’avez pas à ramener tout à l’argent. Il y a beaucoup de gens, et ces choses qui me dérangent aussi, qui rapportent tout à l’argent et ce n’est pas comme ça.

Je cherchais un contrat à long terme à Valence, je cherchais un projet sportif ambitieux pour jouer la Ligue des champions et puis des conditions économiques aussi. Évidemment, je suis footballeur et j’en vis aussi. Donc, pendant cette année et demie, plus ou moins, ces conditions n’ont pas été remplies. Le club n’en est pas venu là, ni ne s’en est approché. Et à la fin j’ai aussi dit au club que je ne voulais pas partir gratuitement car je devais beaucoup de choses au club. Et donc j’ai informé Layhoon et Gattuso. C’est comme ça que c’est arrivé, à la fin du mercato, cette opportunité pour le Paris Saint Germain et bon, on s’est mis d’accord et je suis parti.

Soler « Beaucoup de temps s’est écoulé depuis la dernière offre que j’ai eue jusqu’au dernier jour du marché, qui était la même. »

Y a-t-il eu une réelle volonté du club pour que vous restiez avec une offre arrivée le 29 août dernier après huit mois sans nouvelle ?

Avec mes agents, la première chose que je leur ai dit, c’est que j’aimerais rester à Valence. Et je suis reconnaissant parce qu’ils ont essayé de faire un effort pour me prolonger . Pour ce que je demandais, tant en termes d’années de projet qu’économiquement, il me manquait peut-être un rapprochement de plus. Beaucoup de temps s’est écoulé depuis la dernière offre que j’ai eue jusqu’au dernier jour du marché, qui était la même. C’était la même offre, rien n’a changé.

Et pendant tout ce temps, je me suis peut-être un peu plaint qu’ils m’aient appelé ou qu’ils m’aient dit autre chose. En fait, les dernières semaines de ce marché, je suis allé parler avec Gattuso, également avec Layhoon, pour leur demander s’il allait y avoir un changement ou si, définitivement, puisque je ne voulais pas sortir gratuitement, je devait trouver une issue.

Soler se confie : sa négociation avec Valence, son départ et son rôle au PSG

©Iconsport

Ils ont fait un effort, mais ce n’étaient pas les conditions que je voulais, ils n’étaient pas proches, et il n’y avait aucune possibilité de rapprochement. Mais bon, il faut aussi savoir que dans la vie tout le monde n’arrive pas à s’entendre. Et c’est le foot. J’aurais aussi aimé continuer, mais je suis aussi content de la décision que j’ai prise. Je vais dans un grand club et je vais aussi essayer de me battre pour de grandes choses.

Soler « Je demandais un contrat à long terme. »

Quel projet avez-vous demandé à Valence ?

Je demandais un contrat à long terme. De 25 à 33, 34 ou 35 ans, lié à Valence toute ma vie. Le club a une philosophie et ne veut pas faire de contrats de plus de quelques années. Je pensais le contraire et le club ne s’est jamais approché de ce que j’avais demandé en termes d’années et cet accord n’a pas été trouvé.

Qu’est-ce qui vous a fait le plus mal ?

Ce n’est pas la majorité des supporters de Valence, car à chaque fois que je suis descendu dans la rue, à chaque fois que je me suis promené, personne ne m’a jamais rien dit. Et au contraire, tout a été phénoménal.

Mais oui, il y a une minorité qui, je pense, me souhaite du mal. Je serai éternellement reconnaissant du traitement que les fans m’ont réservé depuis que j’ai rejoint l’équipe première jusqu’à mon départ, car même s’il y a des gens qui ont voulu faire du mal, il y a une grande majorité qui m’a toujours soutenu. Je pense avoir montré que je jouais depuis l’âge de 7 ans, que je suis très valencien, que j’ai tout donné.

Je me suis également comporté de la meilleure façon possible avec les supporters. J’ai toujours essayé de m’arrêter au départ avec la voiture. Tous les obstacles que j’ai eu à passer je l’ai fait avec la plus grande bienveillance possible. J’aimerais donc qu’on se souvienne de moi pour ça et non pour des insultes qui ne sont pas pertinentes à la fois pour moi et pour ma petite amie, ou pour mon peuple, ou pour ma famille.

Soler « Ils m’ont dit que les choses évoluaient au sein du club, qu’ils voulaient un projet ambitieux pour les années à venir. »

Pourquoi signer au PSG ?

J’ai parlé avec le directeur sportif et avec l’entraîneur. Ils m’ont dit que les choses évoluaient au sein du club, qu’ils voulaient un projet ambitieux pour les années à venir. Évidemment pour essayer de continuer à gagner le championnat de France, la Coupe, mais aussi chercher la Ligue des Champions.

Soler se confie : sa négociation avec Valence, son départ et son rôle au PSG

©Iconsport

Et avec cet objectif en tête, avoir une équipe compétitive à tous les niveaux, qu’à chaque poste il y ait une concurrence pour le poste. Et j’ai parlé avec eux deux, ils m’ont convaincu que je devais y aller maintenant, car il y avait beaucoup de matchs et j’allais participer.

C’est vrai que je suis maintenant en train de m’adapter, mais je comprends aussi que ça fait partie du processus, ça fait partie du fait d’arriver dans un grand club avec de très bons joueurs et d’avoir cette compétition. Je n’ai pas signé de contrat d’un an où je dois m’inquiéter si je ne joue pas au début. J’ai signé un contrat de cinq ans, un long contrat, en pensant grandir et jouer le plus possible pendant tout ce temps.

Soler « C’est un très grand changement dans ma vie. »

Comment comparer le passage en équipe première à ce transfert ?

Par exemple, avec le numéro que j’ai pris, le 28, le même avec lequel j’ai débuté à Valence, c’était un peu comme recommencer. Au final c’est vrai que j’ai déjà un parcours et une expérience et une maturité que je n’avais pas en arrivant en équipe première de Valence, mais c’est quelque chose de similaire.

C’est un très grand changement dans ma vie, tout comme monter en équipe première. C’est partir vivre dans une autre ville, avec une autre langue, d’autres coéquipiers, une autre culture. C’est un recommencement avec cette illusion qu’on a toujours depuis le début.

Soler « ils m’ont dit qu’ils voulaient que je complète l’équipe. »

C’est un risque de ne pas être pris pour la Coupe du Monde ?

Évidemment, cela nous traverse l’esprit car nous sommes des personnes et nous avons aussi des sentiments et pensons à tout. Mais au final, j’ai confiance en moi et en mes chances d’avoir des minutes au Paris Saint Germain. C’est pourquoi j’ai parlé avec le directeur sportif, avec l’entraîneur et ils m’ont dit qu’ils voulaient que je complète l’équipe.

Quand je suis arrivé dans l’équipe nationale, j’ai eu la chance de pouvoir aider l’équipe avec quelques buts et je pense que j’ai pu bien m’adapter au rôle que Luis Enrique me demande ici. Et c’est simplement avoir confiance en moi, dans mon travail et me battre pour essayer de gagner une place dans l’appel. Il y a de grands joueurs. En fait, dans cette liste, il y en a beaucoup qui ne le sont pas et qui sont très bons. Je me battrai au maximum pour être sur la liste.

Soler « je suis ravi, car c’est une équipe magnifique. »

Galtier te demande de mettre des buts ?

C’est vrai que le système en 3-4-2-1 qui existe à Paris me correspond puisque je suis un joueur polyvalent je peux jouer indifféremment aux deux postes en haut des ailes, mais qu’au final on pour rôle d’aller vers l’intérieur et regarder pour le but opposé ou dans le double pivot.

Dans n’importe lequel de ces postes, ils m’ont dit que je pouvais jouer. Et je suis ravi, car c’est une équipe magnifique, avec de très bons joueurs. Jouer avec de bons footballeurs permet aussi de s’améliorer et d’être meilleur et je pense que cette fois cela peut aussi faire de moi un meilleur footballeur.

Vous voudriez finir votre carrière à Valence ?

En tant que fan, bien sûr, et en tant que joueur, j’aimerais évidemment revenir à un moment donné. Valence est ma maison et je ne vais pas dire non, évidemment. J’ai de magnifiques souvenirs, j’ai tout là-bas et Valence a toujours été tout pour moi. Et je serai toujours un valencien où que je sois. Et je suis sûr que dans quelques années, si ce n’est pas sur le terrain, ils m’auront dans les tribunes pour les encourager.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Club