Restez connectés avec nous
Verratti se confie sur son positionnement et ses surnoms
©Iconsport

Club

Verratti se confie sur son positionnement et ses surnoms

Il n’a plus besoin d’être présenté tant il est le cadre le plus efficace à son poste au milieu de terrain, l’Italien Marco Verratti éblouit sans cesse balle au pied. Remarquable et indispensable devant la défense, il a écœuré à lui seul l’armada de Manchester City alors qu’il avait été éloigné des terrains pendant un mois. Pas besoin de temps de jeu ou de montée en puissance, le numéro 6 parisien a été à son meilleur niveau dès la première minute. Interviewé par France Info, il s’est notamment exprimé sur son positionnement et ses surnoms.

Verratti « le coach sait qu’il peut me demander de m’adapter aux adversaires. »

« Mon poste préféré ?

Disons qu’en milieu de terrain, je me sens bien partout. Les postes différents, c’est l’entraîneur qui les choisit. C’est lui qui, face à City, m’a demandé de jouer devant la défense. C’est là qu’il fallait en effet casser le « pressing » parce que c’est une équipe qui presse beaucoup et qui provoque les ‘un contre un’. Mais parfois je peux jouer davantage devant, le coach sait qu’il peut me demander de m’adapter aux adversaires.

Mes surnoms « petit hibou » et « la machine à laver » ?

Disons que le « hibou » c’est un nom d’enfance alors que « machine à laver », ça vient du terrain.

Verratti « faire le maximum, faire du mieux possible, c’est mon job. »

 

Parce que je rends les ballons impeccables ?

Parce que c’est mon rôle. Distribuer le plus de ballons possibles aux attaquants, les mettre dans les meilleures conditions. Et faire le maximum, faire du mieux possible, c’est mon job. »

Qu’il évolue devant la défense ou plus haut en tant que meneur de jeu, l’Italien a su s’imposer et se rendre essentiel au PSG. Il est un des rares joueurs dont l’absence se fait sentir très vite et surtout se voit. Il n’a pas son pareil pour prendre des risques, qu’on va qualifier de calculés vu le taux de réussite, devant sa surface par exemple, mais personne n’est capable aujourd’hui de créer des ouvertures aussi lumineuses que les siennes. Un dribble, il casse une ligne, une passe, il en saute une deuxième. Il mérite amplement son surnom de « machine à laver » car avec lui, des ballons dangereux pour l’adversaire se transforment en réelle occasion de contre.

Pour chercher la bête, on pourrait souligner ses nombreuses absences, qu’elles soient dues à des suspensions ou à des blessures. Mais quel régal quand il est là ! Difficile de tout avoir et surtout d’être difficile actuellement avec une telle équipe. Si Verratti reste à la barre, le PSG peut être sûr qu’il ne coulera pas.

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Club