Restez connectés avec nous
TDC - BRP "Le règlement, c'est toujours pour les autres, mais jamais pour J-M. Aulas"

Adversaires

TDC – BRP « Le règlement, c’est toujours pour les autres, mais jamais pour J-M. Aulas »

Dans le journal rhodanien, Le Progrès, Jean-Michel Aulas a annoncé qu’il n’irait pas au Canada pour le Trophée des Champions, entre l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain, par « bouderie ». Sur son blog, Bruno Roger-Petit a donné son avis, et il est clairement agacé par le président des Gones.

« Jean-Michel Aulas boude. Il n’assistera pas au Trophée des champions, joué entre le PSG et l’OL à Montreal. Le président lyonnais boude parce que son homologue, le président parisien, Nasser El-Khelaïfi, a refusé une requête de celui par qui le tumulte arrive dans le football professionnel français. Pensez donc ! Le président Nasser n’a pas voulu céder à l’amicale pression de Jean-Michel Aulas, qui exigeait que le suspendu Fekir puisse jouer un match qu’il ne devait pas jouer. 

C’est qu’en France, le règlement, c’est toujours pour les autres, mais jamais pour Jean-Michel Aulas. C’est bien connu.

Pour justifier son motif de fâcherie, Aulas use de ses éléments de langage bien connu, en mode « Astérix entourlourpe les beaufs ». Le PSG est méchant parce qu’il est riche : « Par rapport à nos moyens du moment et un club qui a 500 millions d’euros de budget, je pensais qu’il y avait une possibilité », tandis que lui, Aulas, est gentil : »Dans l’autre sens, j’aurais accepté. Nabil a été suspendu pour un troisième carton jaune en L1. Cela ne m’aurait pas choqué s’il avait été suspendu pour le match de L1 contre Lorient ».

La vérité, c’est que Jean-Michel Aulas est devenu le marqueur d’un football professionnel engoncé dans la querelle de clocher à la Don Camillo, le tout sur fond de gestion de la petite épicerie familiale de province. Sa conception du football professionnel, hérité des années Bez ou Tapie, soit celle des années 90, est complètement obsolète. Le temps des petits patrons gérant des grandes entreprises de spectacle avec des méthodes à la papa est révolu.

N’en déplaise à ses avocats médiatiques, Jean-Michel Aulas est un homme du passé, voire dépassé. Aulas est un l’incarnation industrielle d’un football français qui se vit encore dans les années 90. Vingt ans de retard. Vivement la Nuit du 4 août dans le football français.« 

Dans son article, Aulas évoque aussi la guerre de la LFP pour passer à 2 descentes en Ligue 1, et le fait qu’Aulas serait l’un des combattants les plus virulents pour cette cause.

Et, visiblement, BRP en a assez des déclarations et manigances d’Aulas. Comme la plupart de paysage sportif français d’ailleurs.

A force de s’en prendre aux arbitres, aux autres clubs, en fait à tout ce qui se passe en Ligue 1, Aulas se fait des ennemis et détracteurs. C’est dommage, il a fait de belles à l’OL, mais c’est une chose que l’on finit par oublier.

La demande pour ce match, était peut-être la plus raisonnable des derniers mois d’Aulas, mais elle reste logiquement refusable. Si Aulas veut bouder, c’est son problème. Il y a assez peu de chances pour que quelqu’un le réclame.

 

Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Adversaires