Restez connectés avec nous
Ligue 1 - Accord pour la répartition de l'investissement de CVC, le PSG aura 17%
©Iconsport

Ligue 1

Ligue 1 – Accord pour la répartition de l’investissement de CVC, le PSG aura 17%

Dans sa volonté de développement du football français et d’aide pour les clubs, la Ligue de Football Professionnel (LFP) a décidé de céder 13% de sa société commerciale, laquelle a pour objectif de vendre les droits de la Ligue 1, au fonds d’investissement luxembourgeois CVC Capital Partners. Cela pour une belle somme de 1,5 milliards d’euros. Une excellente nouvelle, mais il pouvait encore y avoir un obstacle majeur si un accord n’était pas trouvé pour la réparation de cette entrée d’argent. Mais d’après L’Equipe (avec une confirmation de Jean-Pierre Caillot, président du Stade de Reims et du CA de la LFP), suite à une réunion ce jeudi le collège de Ligue 1 a trouvé un accord. Le Paris Saint-Germain devrait ainsi recevoir 17%, alors qu’il avait été question de 30%. Il y a aussi des accords pour les droits TV.

« c’est le club parisien qui a fait le plus d’efforts. »

« Il a été décidé de garder 100 millions d’euros pour un fonds de réserve, 100 autres millions d’euros pour les frais et le fonctionnement de la future structure. Et aussi 170 millions d’euros pour rembourser immédiatement le PGE (prêt garanti par l’État) contracté par la LFP. Il restait donc 1,130 milliard à partager. Trois groupes de clubs ont été définis.

Le PSG, seul dans le groupe 1 ; l’OM, l’OL, Nice, Lille, Rennes et Monaco dans le groupe 2 ; et tous les autres dans le groupe 3. Le 1 (PSG) va toucher 200 millions (17 % du global). Il y aura 80 millions d’euros pour chacun des clubs du groupe 2, à l’exception de l’OM et de l’OL qui auront 90 millions chacun en raison de leur poids supérieur. Et les autres clubs (groupe 3) auront 33 millions d’euros chacun. Même si l’accord peut paraître favorable au PSG, c’est le club parisien qui a fait le plus d’efforts, car il revendiquait au départ 30 % du total.

Dans le même temps, il a été décidé qu’à partir de 2024, les droits télévisés seraient répartis différemment. Le système reste le même jusqu’à 700 millions de revenus annuels (la LFP touche aujourd’hui 663 millions d’euros par an). Mais au-delà, on enlève la part fixe et on conserve uniquement le critère de classement et de notoriété, ce qui profite aux « gros » clubs. Au-delà du milliard annuel (si le prochain appel d’offres est un succès), on revient au système initial.

« La répartition se fera au prorata des points UEFA de chaque club. »

Enfin, pour les droits internationaux (qui rapportent aujourd’hui 73 millions d’euros annuels, où la marge de progression est la plus grande), la répartition se fera au prorata des points UEFA de chaque club. Ce qui sera incitatif pour tenter de performer en coupe d’Europe, même en Ligue Europa ou en Ligue Europa Conférence. »

On se méfie souvent des annonces du journal sportif à propos de la vie interne du PSG, mais il est particulièrement crédible à propos des discussions de la LFP. Et le fait qu’il y ait une confirmation de Caillot est bien sûr un signe important. C’est ici une très bonne nouvelle pour le football français et le club parisien. L’entrée d’argent est importante pour le développement de la Ligue 1 et Paris ne peut pas se plaindre avec 200 millions d’euros en plus.

Bien sûr, il aurait été appréciable d’avoir encore plus, mais il était plus important d’avoir un accord pour que l’arrivée de CVC puisse aller jusqu’au bout. Il n’y a visiblement aujourd’hui aucun obstacle et cela viendra aider tous les clubs.

Quant aux droits TV, c’est toujours bien de voir les clubs français se mettre d’accord pour éviter les tristes tensions que l’on a pu voir les dernières années. Espérons que le football français saura continuer dans ce sens pour grandir encore.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Ligue 1