Restez connectés avec nous
L'Equipe explique pourquoi le PSG n'a pas besoin de vendre Mbappé face au Fair-Play Financier
©Iconsport

Mercato

L’Equipe explique pourquoi le PSG n’a pas besoin de vendre Mbappé face au Fair-Play Financier

Kylian Mbappé, attaquant de 22 ans du Paris Saint-Germain, a son contrat qui s’arrête en juin 2022. Un dossier souvent évoqué cet été, puisqu’une décision de l’international français est attendue. Ce mercredi, le directeur sportif Leonardo s’est confié à ce sujet en confirmant que le Real Madrid a fait une offre (annoncée dans la presse autour de 160 millions d’euros), que Mbappé pense à partir et que le club souhaite toujours le prolonger (cela en se plaignant de la façon de faire du club espagnol). Depuis, les médias avancent le prix demandé par Paris, entre 200 et 220 millions d’euros, alors qu’une nouvelle proposition madrilène est attendue. Ce jeudi, L’Equipe a aussi indiqué pourquoi le club parisien est serein face au Fair-Play Financier même sans vendre l’international français.

« L’UEFA offre une grande marge de manœuvre. »

« On le sait, les règles du fair-play financier obligent normalement les clubs à ne pas dépasser un déficit de 30 M€ sur l’ensemble des trois derniers exercices comptables. Mais, depuis le début de la pandémie, l’UEFA leur offre une grande marge de manœuvre, avec la possibilité, notamment, de diviser par deux leurs éventuels déficits des saisons 2019-2020 et 2020-2021.

De même, les pertes liées à la pandémie (absence de billetterie, de loges VIP, baisse du sponsoring, du merchandising, des droits télé…) peuvent être totalement déduites. Pour le PSG, dont le déficit tourne autour de 200 M€, il s’agit d’une bouée de sauvetage. 

« Le poids du PSG et de son président joue aussi en faveur d’une certaine clémence. »

e fair-play financier va être revu et corrigé pour laisser un peu plus respirer les clubs déjà fortement impactés par la crise sanitaire. Avec la mise en place d’un « salary cap » et d’une « luxury tax ». « L’idée est d’essayer d’en finir avec les sanctions et de ne pas freiner l’arrivée de capitaux », résume un proche du dossier. Avec ce changement radical, qui devrait s’appliquer dès la saison prochaine, difficile d’imaginer des sanctions fortes pour la dernière année sous l’ancien régime. Le poids du PSG et de son président joue aussi en faveur d’une certaine clémence. »

En effet, le contexte fait que le PSG n’a pas particulièrement à s’inquiéter malgré les difficultés des dernières années. L’UEFA a su les prendre en compte pour éviter que les clubs soient bloqués. Paris est ainsi très bien placé grâce au développement de son image et de ses revenus depuis plusieurs années. Cela permet de continuer à avancer et même de profiter de son recrutement pour grandir encore. Comme c’est le cas avec Lionel Messi, puisque l’attaquant de 34 ans est un investissement mais aussi un bel apport financier (en plus du sportif, bien sûr).

Le fait que le président Nasser Al-Khelaïfi soit apprécié par l’UEFA peut jouer aussi. Il ne faut pas être naïf, les relations comptent. Cependant, le PSG doit sa sérénité surtout à son joli travail pour avoir des bases solides et des armes pour grandir encore. Cela ne veut pas dire qu’il peut faire n’importe quoi. Mais il n’a pas absolument besoin de vendre Mbappé pour ne pas s’inquiéter cette saison.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Mercato