Restez connectés avec nous
Vikash Dhorasoo "J’ai assez bien débuté au PSG, puis mon arrogance a repris le dessus"

Anciens

Vikash Dhorasoo « J’ai assez bien débuté au PSG, puis mon arrogance a repris le dessus »

Vikash Dhorasoo, l’ancien milieu de terrain du Paris Saint Germain entre AĂ´ut 2005 et Septembre 2006, est au centre de l’actualitĂ© littĂ©raire en ce dĂ©but novembre avec la sortie de son autobiographie intitulĂ© « Comme ses pieds« . C’est donc l’occasion pour lui d’Ă©voquer son court passage dans la capitale qui s’est terminĂ© par un licenciement, ce qui Ă©tait une première en France.

« J’ai assez bien débuté avec Paris, puis ma lassitude, mon exaspération, mon arrogance ont repris le dessus. […] Quand ma fille revient de l’école et me demande ce que ça veut dire être viré, je sais que je ne serai plus jamais vraiment le même. […] Quand j’ai parlé à la presse, je pensais que c’était le bon timing. C’était mal réfléchi, inopportun. J’ai jeté de l’huile sur le feu. […] J’ai été rapidement reçu pour un entretien préalable à un licenciement. Seul. Mon délégué syndical avait ce jour-là d’autres choses à faire. »

Une promesse Ă  son arrivĂ©e…

Intersaison 2005, le Paris Saint Germain boucle un mercato ambitieux avec deux figures de proue, Bonaventure Kalou et Vikash Dhorasoo. A ce moment-lĂ , le joueur d’origine mauricienne bĂ©nĂ©ficie encore d’une cĂ´te importante dans le ghotta du football français et ce, malgrĂ© une petite saison au sein de l’AC Milan (12 matchs) qui vient de connaitre une finale de Ligue des Champions perdu contre le Liverpool FC après avoir menĂ© 3 buts Ă  zĂ©ro Ă  la mi-temps. Lors de cette rencontre, Vikash Dhorasoo fait banquette, comme bien souvent lors de la saison. Pourtant, Carlo Ancelotti son entraĂ®neur de l’Ă©poque, ne manque jamais une occasion de chanter les louanges des qualitĂ©s du milieu de terrain formĂ© au Havre AC.

Un saison commencĂ©e en fanfare, mais qui s’essouffle assez vite.

Vikash Dhorasoo "J’ai assez bien débuté au PSG, puis mon arrogance a repris le dessus"

Le succès avec Dhorasoo au PSG, on y a cru…quelques temps.

La saison dĂ©bute en fanfare avec une première victoire lors de la première journĂ©e au Parc des Princes contre le FC Metz, 4 buts Ă  1. S’enchaĂ®ne par la suite 2 victoires et le Paris Saint Germain se retrouve avec un total parfait de 9 points sur 9. Vikash n’est pas Ă©tranger Ă  ces bons rĂ©sultats et le PSG se met Ă  rĂŞver d’une belle saison.

Malheureusement, la machine va s’enrayer très rapidement et les performances franciliennes seront en dents de scie tout au long de l’annĂ©e. Vikash Dhorasoo est Ă  l’image de l’Ă©quipe, tantĂ´t très bon, parfois quelconque, pour ne pas dire mauvais, l’Ă©quipe termine Ă  une dĂ©cevante 9Ă©me place en championnat.

La coupe en sursaut d’orgueil et un passeport pour la Coupe du Monde.

L’Ă©quipe de la capitale sauvera sa saison en obtenant une formidable victoire 2 buts Ă  1 au Stade de France contre l’ennemi jurĂ©, l’Olympique de Marseille. Les PhocĂ©ens, avec dans leurs rangs la sensation de la saison, Franck RibĂ©ry s’incline sur une frappe de 25 mètres de l’ancien Milanais qui lobe Fabien Barthez coupable d’un placement plus que suspect sur le coup. Ce sera suffisant pour que Vikash composte son billet pour l’Allemagne et une Coupe du Monde oĂą les Bleus finissent vaincus en finale. Le milieu de terrain parisien n’a jouĂ© que les dernières minutes du match d’ouverture contre la Suisse manquant de peu d’offrir la victoire aux siens par une frappe de 20 mètres Ă©chouant de peu Ă  cĂ´tĂ©.

C’est tout pour le joueur natif  d’Harfleur, qui fera parler de lui quelques annĂ©es plus tard avec la diffusion de son film tournĂ© pendant le tournoi et intitulĂ© « The Substitute« . Une Ĺ“uvre ego-centrĂ©e sur le relayeur qui sera assez bien acceptĂ©e par la critique. Mais plutĂ´t mal par ses pairs de la sĂ©lection craignant que ne soient rĂ©vĂ©lĂ©es certaines « confidences » de vestiaires plutĂ´t peu reluisantes pour nos Ă©lites du ballon rond jamais critiquĂ©s pĂ©jorativement par la presse Ă  l’Ă©poque. Ce dĂ©tail montre aussi Ă  quel point Vikash Dhorasoo Ă©tait un footballeur Ă  la mentalitĂ© vraiment diffĂ©rente de ce qui se trouve d’ordinaire dans le milieu.

Un partenaire qui se dégonfle, selon lui.

A l’aube de sa seconde saison, le courant entre Vikash Dhorasoo et son entraineur Guy Lacombe est plus qu’alternatif. Jouant peu, ayant quelques pĂ©pins physique, relĂ©guĂ© Ă  jouer en rĂ©serve Ă  Bois Guillaume, le joueur s’en prend publiquement au coach Ă  la moustache sur l’Ă©dition dominicale du quotidien l’Ă©quipe. Une interview qui laissera des traces, vu qu’elle va conduire le Paris Saint-Germain Ă  licencier le joueur, fait unique en France Ă  l’Ă©poque. Le jour oĂą le club doit rencontrer le « fautif », il se devait d’ĂŞtre accompagnĂ© du dĂ©lĂ©guĂ© syndical de l’effectif, JĂ©rĂ´me Rothen.

Cependant, au moment du rendez-vous, ce dernier ne se prĂ©sentera jamais, lui qui ne manquera pourtant aucune rĂ©union Ă  l’avenir afin de venir « quĂ©mander » tel un enfant capricieux, des jolies primes de maintiens peu dĂ©ontologiques, alors que le club visait l’Europe en dĂ©but de saison. Un manquement qui aura provoquĂ© une vĂ©ritable fissure entre Vikash Dhorasoo et le monde impitoyable du football professionnel, JĂ©rĂ´me Rothen n’ayant jamais donnĂ© signe de vie le jour de l’entrevue fatidique, prĂ©fĂ©rant ne pas s’attirer les foudres de sa direction.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens