Restez connectés avec nous
Calderwood se confie : PSG/Real Madrid, son apport au football français et l'énergie
©Iconsport

Club

Calderwood se confie : PSG/Real Madrid, son apport au football français et l’énergie

Jonathan Calderwood, ground manager du Paris Saint-Germain depuis 2013, est un grand nom dans son métier en s’étant notamment fait remarquer en Premier League avec le titre de plus belle pelouse du championnat lorsqu’il était à Aston Villa notamment. Et il a pris l’habitude d’avoir la même place en Ligue 1 avec le PSG. Sauf la saison dernière en étant notamment gêné par la crise due à l’épidémie du coronavirus qui a bouleversé le calendrier parisien. Il a répondu à de nombreuses questions du Journal du Dimanche dans un entretien publié ce matin. L’occasion d’évoquer notamment la réception du Real Madrid mardi en 8e de finale aller de la Ligue des Champions, la saison dernière, son impact sur la qualité des pelouses en France et les efforts pour des techniques qui consomment moins d’énergie.

Calderwood « On essaie d’être les meilleurs tout le temps. »

« Pour le match contre Real Madrid, il y a l’impression que le monde regarde votre travail ?

Bien sûr. Il y a peu de métiers où votre travail est observé par des millions de personnes. Ça met un peu de pression. Mais moi et mon staff, on est en mode Ligue des champions tous les jours, peu importe l’équipe. Des jeunes aux pros en passant par les féminines, on prépare les terrains de la même manière. On essaie d’être les meilleurs tout le temps.

Montpellier champion des pelouses la saison passée ?

J’ai remporté beaucoup de récompenses avec Aston Villa et Wolverhampton, ici aussi. C’est sympa, je mentirais si je disais le contraire. Mais c’est aussi difficile de juger. La saison dernière a été compliquée car on n’a pas pu changer la pelouse en raison du Covid. On savait que la qualité baisserait, ce n’était pas de notre ressort. Cette année, c’est probablement la meilleure pelouse qu’on ait eue parce que le contexte était favorable au début. Donc voilà, cette marque de reconnaissance ne raconte pas toute la vérité.

Calderwood « Ce que j’ai fait ici, ce n’est pas juste pour le PSG, ça a eu de l’effet sur l’ensemble du football français. »

La différence de culture entre l’Angleterre et la France ?

Ça remonte à loin, au fameux jardinier anglais dont on parle ici. (…) Quand le PSG m’a recruté, les terrains n’étaient pas bons en France. Les dirigeants parisiens voulaient provoquer un changement. Il faut souvent une personne pour créer une étincelle. Les autres ont copié ou suivi nos méthodes, et on voit la progression. Ce que j’ai fait ici, ce n’est pas juste pour le PSG, ça a eu de l’effet sur l’ensemble du football français.

La consommation d’énergie pour entretenir le terrain ?

Depuis plus d’une dizaine d’années, notre industrie a cherché différents moyens pour la réduire. La technique d’éclairage a évolué, avec des LED moins énergivores, par exemple. On fait attention à l’essence pour les machines. On utilise un produit dans le sol qui nécessite moins d’eau. En France, il y a aussi la problématique des fongicides. J’ai réduit l’utilisation de produits chimiques de 80 % en cinq ans. On n’en est pas au stade où on peut dire que l’on n’utilise aucun produit afin que l’herbe résiste aux maladies, mais beaucoup sont naturels. »

C’est toujours intéressant d’en savoir un peu plus sur les différentes de ce métier assez éloigné du devant de la scène. Alors que justement, le résultat est particulièrement visible. L’état de la pelouse est une partie importante d’un match et c’est forcément une bonne nouvelle pour le PSG de pouvoir compter sur un terrain de grande qualité. C’est bien plus simple pour développer du jeu. Et on se doute que la pelouse sera à la hauteur du rendez-vous mardi soir face au Real Madrid. Il faut ensuite espérer que ce sera aussi le cas de l’équipe.

Mais Calderwood n’aura rien à se reprocher et il faut même savoir le remercier pour l’aide apportée en France, avec du temps passé pour montrer son approche aux autres clubs en Ligue 1. Ce qui a logiquement aidé à voir l’amélioration générale que l’on constate en Ligue 1 depuis plusieurs années. Une très bonne chose pour le spectacle et l’image de la Ligue 1.

C’est bien de voir aussi qu’il y a un vrai effort dans la profession au niveau de l’écologique, alors que l’entretien d’une pelouse à ce niveau impose une certaine consommation d’énergie et produits. Des solutions sont trouvées pour que l’impact soit moins négatif et il faut continuer sur cette voie.

Publicités

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Club