Restez connectés avec nous
France/Maroc - Deschamps évoque la qualification, les difficultés et l'Argentine
@Iconsport

Coupe du Monde

France/Maroc – Deschamps évoque la qualification, les difficultés et l’Argentine

Didier Deschamps, le sélectionneur de l’Equipe de France, était au micro de beIN SPORTS après la victoire 2-0 contre le Maroc mercredi dans le cadre de la demi-finale de la Coupe du Monde (résumé vidéo France/Maroc). L’occasion d’afficher sa joie face à la qualification, les difficultés rencontrées et la finale face à l’Argentine dimanche à 16h.

Deschamps « on ne les punissait pas et cela nous obligeait à défendre, un peu trop défendre. »

Quels sont les mots pour cette qualification ?

C’est dur de mettre les mots…C’est évidemment une énorme fierté. C’est un match qui était forcément compliqué. Mais bon, il y a la fierté de voir ce groupe là pouvoir accéder à cette finale et avoir la possibilité d’aller chercher ce titre.

Un match très difficile à cause de la qualité du Maroc et certaines imperfections ?

Vous voulez voir toujours le négatif (sourire). Mais il y a l’adversaire, il est là, il est survolté, il a de la qualité. Il n’est pas là par hasard et on l’a vu. A partir du moment où on fait les choses un peu moins bien, on lui laisse des opportunités. On a le droit d’être en difficulté aussi, mais sans rien lâcher. Après quelques corrections, a on mieux maîtrisé. Mais la fin de la 1ere mi-temps et le début de la 2e on a pris un peu trop de vagues. Ils arrivaient à nous déséquilibrer, surtout sur notre côté gauche.

Il y a ce déséquilibre qui aurait pu nous être profitable avec un 2e but, mais on ne les punissait pas et cela nous obligeait à défendre, un peu trop défendre.

Deschamps « Tout le monde doit être concerné. »

Kolo-Muani marque sur son 1er but, c’est un coaching gagnant ?

Les coachs font des choix, les joueurs les rendent bons ou mauvais. Cela vaut pour tout le monde. J’ai choisi Kolo, car Kingsley avait eu des signes de fébrilité comme Rabiot et Upamecano. Et Kolo a une capacité de course importante. S’il est à la finition, tant mieux. Je me souviens aussi d’un joueur qui n’avait pas joué un Euro et nous avais empêché d’être champion en quelques minutes. Tout le monde doit être concerné. Kolo a donné un très bon exemple.

Une qualification fêtée avec plusieurs anciens joueurs ?

C’est bien qu’il y ait un lien. L’histoire c’est quelque chose d’important. Il ne faut pas vivre avec le passé, mais cela n’empêche pas les générations de s’apprécier et d’avoir énormément de respect.

Deschamps « On a une chance, comme l’Argentine. »

Messi, un titre attendu pour son dernier match de Coupe du Monde ?

On va tout faire pour que cela n’arrive pas (sourire). Mais je suis sûr qu’un des deux maillots aura une 3e étoile. C’est une finale contre une très belle équipe, qui a maîtrisé son sujet face à la Croatie. Evidemment, Messi est un super joueur. C’est une équipe agressive, intelligente, par moments un peu provocatrice. Je les ai déjà vus. Je vais m’appuyer sur mes observateurs de DTN qui sont de très grandes qualités. On va apprécier pour le moment, puis on basculera sur cette finale.

La finale 2016 perdue vous a hanté ?

Non, mais il y avait un titre à prendre et on l’a laissé passé. Depuis, on a gagné les finales que l’on a jouées. Bien sûr, les finales se gagnent et on ne se rappelle que des vainqueurs. On a une chance, comme l’Argentine.

Publicités

Vidéos football

 

Derniers articles

Publicité

Autres articles présents dans Coupe du Monde