Coupe de France

Interview – Kevin Schur « On ne les joue qu’à FIFA. Jouer contre eux, c’est la folie »

Interview - Kevin Schur "On ne les joue qu'à FIFA. Jouer contre eux, c'est la folie"
Publie le 05/04/2017 a 09:00



  • Ce soir à 21h05, l’US Avranches affronte le Paris Saint-Germain en quart de finale de Coupe de France à Caen. Une immense affiche pour le club de National qui est d’autant plus particulière pour Kevin Schur. Le milieu gauche de 26 ans a fait sa pré-formation à Paris avant de devoir changer de club. Un parcours qui l’a mené jusqu’à cette rencontre. Nous pu avoir une interview avec lui afin de faire un peu le tour de ce match.

    Pouvez-vous faire un retour rapide sur votre passage dans la pré-formation du PSG ?

    Mes parents habitent Saint-Germain, donc c’était le club le plus proche de chez moi. J’ai commencé à 6 ans là-bas. J’y ai joué pendant 10 ans, avec 2 ans au centre de pré-formation à Conflants. J’ai été formé avec Sakho, Partouche, Makonda, Dja Djédjé…

    Vous gardez contact avec ces joueurs-là ?

    Je suis encore avec contact avec Makonda qui est au Portugal, Dja Djédjé aussi quand il était à Marseille. Les autres, on se croise quand on fait le tournoi des Titis tous les étés. Cela permet de garder contact et de parler.

    Cela a été difficile à vivre de ne pas pouvoir continuer à Paris ?

    Difficile, oui. Sachant que je suis né dans cette ville et j’habitude là-bas, c’est sûr que j’ai une certaine attache pour le club. Après, on tourne vite la page quand même.

    Il n’y a pas de rancœur, des regrets ?

    Non, non, il n’y a rien de cela. Je retourne très souvent au Camp des Loges le weekend pour voir les matchs des petits ou de la CFA. Il n’y a pas de rancoeur.

    « ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant. »

    Vous allez au Parc des Princes aussi ?

    Cela fait très longtemps que je n’y suis pas allé. Avec les Qataris, c’est plus compliqué. En termes d’ambiance c’était quand même mieux avant.

    C’est mieux avec le retour des Ultras non ?

    C’est vrai que cela amène plus d’ambiance. Avant c’était devenu trop familial je pense.

    ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant. »

    La venue des Qataris au PSG, vous n’aimez pas spécialement ?

    Je n’accroche pas forcément. Après, ce n’est pas pareil. C’est sûr qu’au niveau sportif cela donne une autre dimension au club. Parce qu’avec l’argent on peut se payer n’importe quel joueur. Mais c’est vrai que ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant.

    Quand j’étais au centre, PSG/Marseille c’était un truc de folie. C’était un combat. Maintenant c’est plus du spectacle je trouve.

    BarçaPSG - Rabiot j'ai voulu jouer ce match, mais ce n'était pas la meilleure chose à faire. Je regrette

    « il faut vraiment être un génie maintenant pour accéder à l’équipe professionnelle. », Rabiot en illustration.

    Mais ce qu’ils font pour la formation, c’est pas mal ou c’est trop compliqué d’avoir une place ?

    Je suis un peu entre les deux en fait. J’ai l’impression qu’il faut vraiment être un génie maintenant pour accéder à l’équipe professionnelle.

    N’est-ce pas un peu normal, compte tenu de l’ambition du club ?

    Bien sûr, mais après ce serait intéressant d’avoir plus de joueurs du centre de formation dans l’équipe première. Après c’est vrai que le club est passé dans une autre dimenssion ce qui fait qu’il est obligé d’avoir des joueurs de renommée

    Les joueurs de centre de formation éviterait un loupé comme au Camp Nou, avec une âme en plus ?

    Je ne pense pas. Cela ne veut rien dire je pense. C’est sûr le terrain que cela se passe et dans la tête aussi. Que ce soit un joueur formé au club ou un autre, ce n’est pas cela qui va faire que vous gagnez ou pas.

    « C’est un match de fou. On ne les voit qu’à la télé. »

    C’est particulier pour vous de rencontrer Paris plutôt qu’un autre club de Ligue 1 ?

    Là, c’est le summum. Je ne pouvais pas rêver mieux comme affiche ! C’est un match de fou. On ne les voit qu’à la télé. Enfin moi non, puisqu’ils passent devant chez moi à Saint-Germain. Mais je veux dire… je ne les côtoie pas, on ne les joue qu’à FIFA (rires). Jouer contre eux, c’est la folie.

    C’est difficile de rester concentrer sur le championnat ?

    Difficile oui et non parce que là on a un objectif qui est le maintien et qui est très important pour le club parce qu’on peut pas se permettre de jouer un quart de finale contre le PSG et de descendre en CFA. Donc c’est vrai qu’on reste un peu concentrés sur le championnat même sans penser au PSG.

    Vous en avez parlé souvent entre vous ?

    Oui on en a parlé parce qu’il y a aussi beaucoup de journalistes qui viennent. Donc on peut pas laisser ça de côté, c’est impossible. Mais voilà on se chambre, « t’aurais si », « t’auras celui-là »… Mais sinon on reste concentrés sur le championnat parce que c’est important, surtout dans la situation actuelle dans laquelle on est (Avranches se bat pour le maintien, ndlr).

    Vou avez senti une différence à l’entraînement après le tirage ? Un peu plus d’intensité ou pour l’instant c’est vraiment lent ?

    Non, franchement il n’y a rien qui a changé. C’est toujours pareil. Après c’est sûr que personne ne veut être blessé. Tout le monde est concerné et tout le monde va vouloir jouer un match comme ça. Donc c’est sûr que malheureusment il y aura des deçus, mais c’est au coach de faire les bons choix et de mettre les meilleurs dans les 18.

    On a vu que Paris était un peu irrégulier. Cela laisse un peu d’espoir quand même ?

    Gameiro ne s'inquiète pas pour Unai Emery au PSG, il peut rebondir

    Emery ne peut pas prendre le risque de ne pas gagner ce soir.

    Oui mais après je pense que l’élimination en Ligue des Champions ça peut déservir un peu parce qu’ils avaient l’objectif de tout gagner. Donc là, ça va être encore pire parce qu’ils ont été éliminés donc ils ont un obectif de résultat qui doit être là. Donc ça va être compliqué à mon avis… Unai Emery ne va pas vouloir tourner même si c’est Avranches en face.

    Oui donc c’est même une mauvaise nouvelle pour vous finalement ?

    Oui voilà je pense.

    Et vous avez parler un peu tactique entre vous, comme « Faut qu’on bloque celui-là » ou « faut qu’on joue comme ça » ?

    Non franchement non, on se pose pas ce genre de question. Même en Ligue 1, ils arrivent pas à les bloquer donc on se dit que ça va être compliqué pour nous (rires). Après faut se donner à fond et pas avoir de regret à la fin du match et on sait jamais… Mais après on peut s’appuyer aussi sur ce qu’a fait Toulouse. Ils ont réussi à faire un nul et une victoire contre eux je crois. Donc peut-être analyser et voir ce que Dupraz a fait, je ne sais pas, cela peut peut-être servir.

    Mais vous allez défendre c’est ça ?

    Après je ne sais pas, on verra ce que le coach va mettre en place pour ce match là. En tout cas on en a pas encore parlé.

    Et vous, vous avez des joueurs que vous voulez voir en particulier sur le terrain ? Pour observer, apprendre, avant, pendant ou après le match ?

    Draxler J’apprécie à nouveau le football...mes qualités correspondaient à celles du PSG

    « Draxler j’aime beaucoup. Je trouve qu’il a apporté vraiment quelque chose d’autre au PSG »

    Moi je suis d’origine allemande donc Draxler j’aime beaucoup. Je trouve qu’il a apporté vraiment quelque chose d’autre au PSG en venant à la trêve. C’est un joueur que j’apprécie vraiment. Et sinon tous les joueurs qui sont formés au club, c’est important. Du coup, je suis formé là bas aussi, donc je peux voir l’évolution de Rabiot et Kimpembe. Et je pense que c’est l’avenir du club.

    C’est déjà bien qu’ils soient en Equipe de France aussi ?

    Oui franchement c’est bien. Justement faut qu’ils se servent de ces matchs d’expérience pour amener le PSG plus loin en Ligue des Champions.

    Le choix du stade vous satisfait ou ça aurait été mieux chez vous ?

    Chez nous ça aurait été toujours mieux parce qu’on est chez nous et qu’il y a toute la population autours. Mais il y aurait pas eu autant de monde qu’à Caen. Et puis le terrain aurait pu nous avantager aussi. Mais à Caen ça nous satisfait parce qu’il y aura toute la Normandie et la basse Normandie qui seront là. Ce sera un gros moment defête du foot donc c’est important.

    Le plus important c’est que ce soit une grande soirée ou c’est de penser à la qualification ?

    Le plus important c’est… j’ai envie de dire un peu des deux. C’est un moment de fête pour tout le monde. Déjà qu’on ait amené le club en quart de finale, personne aurait mis un pièce dessus. C’est une première pour le club et la ville et on voit qu’il y a une ferveur incroyable. Mais bon faut toujours penser à la qualification, c’est une histoire de foot, on est tous compétiteurs et on a tous envie de gagner. On ne joue jamais un match pour le perdre.

    « on voit vraiment que ça prend des dimensions énormes. »

    Cela a changé quelque chose dans la ville cette qualification ?

    Oui ça a pris une ampleur incroyable. Tous les magasins ont des maillots, des dossards, des drapeaux… Des gens nous pose des questions… La billeterie a été ouverte et tout a été pris en deux jours. Voilà on voit vraiment que ça prend des dimensions énormes.

    Cela peut aider d’ailleurs dans la course au maintien ce soutient ?

    C’est vrai qu’on sait qu’à Avranches le taux de supporters dépend des résultats. Si ça gagne on aura plus de supporters et si on perd, beaucoup moins. C’est vrai qu’on peut s’appuyer sur ce parcours pour avoir des supporters qui nous aide jusqu’à la fin de saison pour assurer le maintien le plus rapidement. En tout cas oui on espère avoir des supporters au stade. Tu joues devant 300 personnes ou 2.500 ça n’a rien à voir. On le voit encore plus quand on va à l’extérieur. Un exemple, l’année dernière on jouait à Strasbourg, y a 11.000, tu sens que t’as un soutien, ça te motive encore plus.

    Le président de votre club avait l’idée de jouer ce match au Stade de France. Cela vous aurait plu ?

    CDF - Le président d'Avranches a lancé le projet pour jouer au Stade de France a besoin de l'aide du PSG

    Le président d’Avranhes a espéré jouer au Stade de France.

    Moi, venant de Paris, cela me plaisait ! Même au Parc des Princes (rires). Après, c’est un projet qui lui tenait à cœur par rapport aux enfants défavorisés. Mais le prix de la location était un peu cher et c’était peut-être trop compliqué.

    Entre nous, certains préféraient jouer à Caen car ils viennent d’ici et pour la famille c’est plus simple. Il y a des avantages et inconvénients partout.

    Vous avez un objectif personnel pour le match ? 

    Pas forcément. Déjà d’être dans les 18 et fouler la pelouse.

    En tant qu’amoureux du club, vous laisseriez passer Paris ? 

    (rires) Impossible ! Même si j’aime le club, j’aime trop le football pour cela. Je suis trop un compétiteur…je n’aime pas perdre ! Mais c’est bien tenté (rires).

    Enfin, vous avez un objectif pour votre fin de carrière ? 

    Quand on est en National, on a tous l’objectif d’aller plus haut je pense. Après, je sais que j’ai 26 ans et plus j’avance plus le temps est court. Mais j’ai toujours l’objectif d’aller au dessus.

    On a vu que le football va très vite, alors on sait jamais…

    Oui c’est sûr, dans un sens comme dans l’autre. Il faut travailler et ne rien lâcher. On doit mériter ce qu’on a.

    Publie le 05/04/2017 a 09:00

    Interview – Kevin Schur « On ne les joue qu’à FIFA. Jouer contre eux, c’est la folie »

    Ce soir à 21h05, l’US Avranches affronte le Paris Saint-Germain en quart de finale de Coupe de France à Caen. Une immense affiche pour le club de National qui est d’autant plus particulière pour Kevin Schur. Le milieu gauche de 26 ans a fait sa pré-formation à Paris avant de devoir changer de club. Un parcours qui l’a mené jusqu’à cette rencontre. Nous pu avoir une interview avec lui afin de faire un peu le tour de ce match.

    Pouvez-vous faire un retour rapide sur votre passage dans la pré-formation du PSG ?

    Mes parents habitent Saint-Germain, donc c’était le club le plus proche de chez moi. J’ai commencé à 6 ans là-bas. J’y ai joué pendant 10 ans, avec 2 ans au centre de pré-formation à Conflants. J’ai été formé avec Sakho, Partouche, Makonda, Dja Djédjé…

    Vous gardez contact avec ces joueurs-là ?

    Je suis encore avec contact avec Makonda qui est au Portugal, Dja Djédjé aussi quand il était à Marseille. Les autres, on se croise quand on fait le tournoi des Titis tous les étés. Cela permet de garder contact et de parler.

    Cela a été difficile à vivre de ne pas pouvoir continuer à Paris ?

    Difficile, oui. Sachant que je suis né dans cette ville et j’habitude là-bas, c’est sûr que j’ai une certaine attache pour le club. Après, on tourne vite la page quand même.

    Il n’y a pas de rancœur, des regrets ?

    Non, non, il n’y a rien de cela. Je retourne très souvent au Camp des Loges le weekend pour voir les matchs des petits ou de la CFA. Il n’y a pas de rancoeur.

    « ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant. »

    Vous allez au Parc des Princes aussi ?

    Cela fait très longtemps que je n’y suis pas allé. Avec les Qataris, c’est plus compliqué. En termes d’ambiance c’était quand même mieux avant.

    C’est mieux avec le retour des Ultras non ?

    C’est vrai que cela amène plus d’ambiance. Avant c’était devenu trop familial je pense.

    ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant. »

    La venue des Qataris au PSG, vous n’aimez pas spécialement ?

    Je n’accroche pas forcément. Après, ce n’est pas pareil. C’est sûr qu’au niveau sportif cela donne une autre dimension au club. Parce qu’avec l’argent on peut se payer n’importe quel joueur. Mais c’est vrai que ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant.

    Quand j’étais au centre, PSG/Marseille c’était un truc de folie. C’était un combat. Maintenant c’est plus du spectacle je trouve.

    BarçaPSG - Rabiot j'ai voulu jouer ce match, mais ce n'était pas la meilleure chose à faire. Je regrette

    « il faut vraiment être un génie maintenant pour accéder à l’équipe professionnelle. », Rabiot en illustration.

    Mais ce qu’ils font pour la formation, c’est pas mal ou c’est trop compliqué d’avoir une place ?

    Je suis un peu entre les deux en fait. J’ai l’impression qu’il faut vraiment être un génie maintenant pour accéder à l’équipe professionnelle.

    N’est-ce pas un peu normal, compte tenu de l’ambition du club ?

    Bien sûr, mais après ce serait intéressant d’avoir plus de joueurs du centre de formation dans l’équipe première. Après c’est vrai que le club est passé dans une autre dimenssion ce qui fait qu’il est obligé d’avoir des joueurs de renommée

    Les joueurs de centre de formation éviterait un loupé comme au Camp Nou, avec une âme en plus ?

    Je ne pense pas. Cela ne veut rien dire je pense. C’est sûr le terrain que cela se passe et dans la tête aussi. Que ce soit un joueur formé au club ou un autre, ce n’est pas cela qui va faire que vous gagnez ou pas.

    « C’est un match de fou. On ne les voit qu’à la télé. »

    C’est particulier pour vous de rencontrer Paris plutôt qu’un autre club de Ligue 1 ?

    Là, c’est le summum. Je ne pouvais pas rêver mieux comme affiche ! C’est un match de fou. On ne les voit qu’à la télé. Enfin moi non, puisqu’ils passent devant chez moi à Saint-Germain. Mais je veux dire… je ne les côtoie pas, on ne les joue qu’à FIFA (rires). Jouer contre eux, c’est la folie.

    C’est difficile de rester concentrer sur le championnat ?

    Difficile oui et non parce que là on a un objectif qui est le maintien et qui est très important pour le club parce qu’on peut pas se permettre de jouer un quart de finale contre le PSG et de descendre en CFA. Donc c’est vrai qu’on reste un peu concentrés sur le championnat même sans penser au PSG.

    Vous en avez parlé souvent entre vous ?

    Oui on en a parlé parce qu’il y a aussi beaucoup de journalistes qui viennent. Donc on peut pas laisser ça de côté, c’est impossible. Mais voilà on se chambre, « t’aurais si », « t’auras celui-là »… Mais sinon on reste concentrés sur le championnat parce que c’est important, surtout dans la situation actuelle dans laquelle on est (Avranches se bat pour le maintien, ndlr).

    Vou avez senti une différence à l’entraînement après le tirage ? Un peu plus d’intensité ou pour l’instant c’est vraiment lent ?

    Non, franchement il n’y a rien qui a changé. C’est toujours pareil. Après c’est sûr que personne ne veut être blessé. Tout le monde est concerné et tout le monde va vouloir jouer un match comme ça. Donc c’est sûr que malheureusment il y aura des deçus, mais c’est au coach de faire les bons choix et de mettre les meilleurs dans les 18.

    On a vu que Paris était un peu irrégulier. Cela laisse un peu d’espoir quand même ?

    Gameiro ne s'inquiète pas pour Unai Emery au PSG, il peut rebondir

    Emery ne peut pas prendre le risque de ne pas gagner ce soir.

    Oui mais après je pense que l’élimination en Ligue des Champions ça peut déservir un peu parce qu’ils avaient l’objectif de tout gagner. Donc là, ça va être encore pire parce qu’ils ont été éliminés donc ils ont un obectif de résultat qui doit être là. Donc ça va être compliqué à mon avis… Unai Emery ne va pas vouloir tourner même si c’est Avranches en face.

    Oui donc c’est même une mauvaise nouvelle pour vous finalement ?

    Oui voilà je pense.

    Et vous avez parler un peu tactique entre vous, comme « Faut qu’on bloque celui-là » ou « faut qu’on joue comme ça » ?

    Non franchement non, on se pose pas ce genre de question. Même en Ligue 1, ils arrivent pas à les bloquer donc on se dit que ça va être compliqué pour nous (rires). Après faut se donner à fond et pas avoir de regret à la fin du match et on sait jamais… Mais après on peut s’appuyer aussi sur ce qu’a fait Toulouse. Ils ont réussi à faire un nul et une victoire contre eux je crois. Donc peut-être analyser et voir ce que Dupraz a fait, je ne sais pas, cela peut peut-être servir.

    Mais vous allez défendre c’est ça ?

    Après je ne sais pas, on verra ce que le coach va mettre en place pour ce match là. En tout cas on en a pas encore parlé.

    Et vous, vous avez des joueurs que vous voulez voir en particulier sur le terrain ? Pour observer, apprendre, avant, pendant ou après le match ?

    Draxler J’apprécie à nouveau le football...mes qualités correspondaient à celles du PSG

    « Draxler j’aime beaucoup. Je trouve qu’il a apporté vraiment quelque chose d’autre au PSG »

    Moi je suis d’origine allemande donc Draxler j’aime beaucoup. Je trouve qu’il a apporté vraiment quelque chose d’autre au PSG en venant à la trêve. C’est un joueur que j’apprécie vraiment. Et sinon tous les joueurs qui sont formés au club, c’est important. Du coup, je suis formé là bas aussi, donc je peux voir l’évolution de Rabiot et Kimpembe. Et je pense que c’est l’avenir du club.

    C’est déjà bien qu’ils soient en Equipe de France aussi ?

    Oui franchement c’est bien. Justement faut qu’ils se servent de ces matchs d’expérience pour amener le PSG plus loin en Ligue des Champions.

    Le choix du stade vous satisfait ou ça aurait été mieux chez vous ?

    Chez nous ça aurait été toujours mieux parce qu’on est chez nous et qu’il y a toute la population autours. Mais il y aurait pas eu autant de monde qu’à Caen. Et puis le terrain aurait pu nous avantager aussi. Mais à Caen ça nous satisfait parce qu’il y aura toute la Normandie et la basse Normandie qui seront là. Ce sera un gros moment defête du foot donc c’est important.

    Le plus important c’est que ce soit une grande soirée ou c’est de penser à la qualification ?

    Le plus important c’est… j’ai envie de dire un peu des deux. C’est un moment de fête pour tout le monde. Déjà qu’on ait amené le club en quart de finale, personne aurait mis un pièce dessus. C’est une première pour le club et la ville et on voit qu’il y a une ferveur incroyable. Mais bon faut toujours penser à la qualification, c’est une histoire de foot, on est tous compétiteurs et on a tous envie de gagner. On ne joue jamais un match pour le perdre.

    « on voit vraiment que ça prend des dimensions énormes. »

    Cela a changé quelque chose dans la ville cette qualification ?

    Oui ça a pris une ampleur incroyable. Tous les magasins ont des maillots, des dossards, des drapeaux… Des gens nous pose des questions… La billeterie a été ouverte et tout a été pris en deux jours. Voilà on voit vraiment que ça prend des dimensions énormes.

    Cela peut aider d’ailleurs dans la course au maintien ce soutient ?

    C’est vrai qu’on sait qu’à Avranches le taux de supporters dépend des résultats. Si ça gagne on aura plus de supporters et si on perd, beaucoup moins. C’est vrai qu’on peut s’appuyer sur ce parcours pour avoir des supporters qui nous aide jusqu’à la fin de saison pour assurer le maintien le plus rapidement. En tout cas oui on espère avoir des supporters au stade. Tu joues devant 300 personnes ou 2.500 ça n’a rien à voir. On le voit encore plus quand on va à l’extérieur. Un exemple, l’année dernière on jouait à Strasbourg, y a 11.000, tu sens que t’as un soutien, ça te motive encore plus.

    Le président de votre club avait l’idée de jouer ce match au Stade de France. Cela vous aurait plu ?

    CDF - Le président d'Avranches a lancé le projet pour jouer au Stade de France a besoin de l'aide du PSG

    Le président d’Avranhes a espéré jouer au Stade de France.

    Moi, venant de Paris, cela me plaisait ! Même au Parc des Princes (rires). Après, c’est un projet qui lui tenait à cœur par rapport aux enfants défavorisés. Mais le prix de la location était un peu cher et c’était peut-être trop compliqué.

    Entre nous, certains préféraient jouer à Caen car ils viennent d’ici et pour la famille c’est plus simple. Il y a des avantages et inconvénients partout.

    Vous avez un objectif personnel pour le match ? 

    Pas forcément. Déjà d’être dans les 18 et fouler la pelouse.

    En tant qu’amoureux du club, vous laisseriez passer Paris ? 

    (rires) Impossible ! Même si j’aime le club, j’aime trop le football pour cela. Je suis trop un compétiteur…je n’aime pas perdre ! Mais c’est bien tenté (rires).

    Enfin, vous avez un objectif pour votre fin de carrière ? 

    Quand on est en National, on a tous l’objectif d’aller plus haut je pense. Après, je sais que j’ai 26 ans et plus j’avance plus le temps est court. Mais j’ai toujours l’objectif d’aller au dessus.

    On a vu que le football va très vite, alors on sait jamais…

    Oui c’est sûr, dans un sens comme dans l’autre. Il faut travailler et ne rien lâcher. On doit mériter ce qu’on a.




  • Tags de l'article : , , ,
    Articles lies a ce sujet
    Espace communautaire

    Comments are closed.

    Dernieres news

    Suivez-nous sur les reseaux



    Live football scores . Current table, fixtures & results.

    L'actualité européenne

    Barcelone/PSG: La Remontada utilisée pour le trailer de PES 2018

    Barcelone/PSG: La Remontada utilisée pour le trailer de PES 2018

    Jeux

    La remontada subie par le Paris Saint-Germain au Camp Nou en mars dernier est utilisée aujourd’hui ...

    Les dernières activités

    Fermer
    Activité récente
    Flavien Casinia publié un new post."Zlatan Ibrahimovic pourrait finalement quitter Manchester United"
    17 days ago
    Flavien Casinia publié un new post."Mercato - Hatem Ben Arfa priorité de Galatasaray"
    18 days ago

    Actualité Féminine

    Féminines - Vero Boquete non sélectionnée par Espagne pour l'Euro 2017, Paredes si.jpg

    Féminines – Vero Boquete non sélectionnée par Espagne pour l’Euro 2017, Paredes si

    Actu Féminin

    Ce mardi a été présentée la liste de l’équipe féminine d’Espagne pour l’Euro 2017. Veronica Boquete, ...

    Vidéos PSG

    Interview – Kevin Schur « On ne les joue qu’à FIFA. Jouer contre eux, c’est la folie »

    Interview - Kevin Schur "On ne les joue qu'à FIFA. Jouer contre eux, c'est la folie" <Coupe de France , Interviews , Une

    Ce soir à 21h05, l’US Avranches affronte le Paris Saint-Germain en quart de finale de Coupe de France à Caen. Une immense affiche pour le club de National qui est d’autant plus particulière pour Kevin Schur. Le milieu gauche de 26 ans a fait sa pré-formation à Paris avant de devoir changer de club. Un parcours qui l’a mené jusqu’à cette rencontre. Nous pu avoir une interview avec lui afin de faire un peu le tour de ce match.

    Pouvez-vous faire un retour rapide sur votre passage dans la pré-formation du PSG ?

    Mes parents habitent Saint-Germain, donc c’était le club le plus proche de chez moi. J’ai commencé à 6 ans là-bas. J’y ai joué pendant 10 ans, avec 2 ans au centre de pré-formation à Conflants. J’ai été formé avec Sakho, Partouche, Makonda, Dja Djédjé…

    Vous gardez contact avec ces joueurs-là ?

    Je suis encore avec contact avec Makonda qui est au Portugal, Dja Djédjé aussi quand il était à Marseille. Les autres, on se croise quand on fait le tournoi des Titis tous les étés. Cela permet de garder contact et de parler.

    Cela a été difficile à vivre de ne pas pouvoir continuer à Paris ?

    Difficile, oui. Sachant que je suis né dans cette ville et j’habitude là-bas, c’est sûr que j’ai une certaine attache pour le club. Après, on tourne vite la page quand même.

    Il n’y a pas de rancœur, des regrets ?

    Non, non, il n’y a rien de cela. Je retourne très souvent au Camp des Loges le weekend pour voir les matchs des petits ou de la CFA. Il n’y a pas de rancoeur.

    « ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant. »

    Vous allez au Parc des Princes aussi ?

    Cela fait très longtemps que je n’y suis pas allé. Avec les Qataris, c’est plus compliqué. En termes d’ambiance c’était quand même mieux avant.

    C’est mieux avec le retour des Ultras non ?

    C’est vrai que cela amène plus d’ambiance. Avant c’était devenu trop familial je pense.

    ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant. »

    La venue des Qataris au PSG, vous n’aimez pas spécialement ?

    Je n’accroche pas forcément. Après, ce n’est pas pareil. C’est sûr qu’au niveau sportif cela donne une autre dimension au club. Parce qu’avec l’argent on peut se payer n’importe quel joueur. Mais c’est vrai que ce n’est pas forcément la même âme qu’auparavant.

    Quand j’étais au centre, PSG/Marseille c’était un truc de folie. C’était un combat. Maintenant c’est plus du spectacle je trouve.

    BarçaPSG - Rabiot j'ai voulu jouer ce match, mais ce n'était pas la meilleure chose à faire. Je regrette

    « il faut vraiment être un génie maintenant pour accéder à l’équipe professionnelle. », Rabiot en illustration.

    Mais ce qu’ils font pour la formation, c’est pas mal ou c’est trop compliqué d’avoir une place ?

    Je suis un peu entre les deux en fait. J’ai l’impression qu’il faut vraiment être un génie maintenant pour accéder à l’équipe professionnelle.

    N’est-ce pas un peu normal, compte tenu de l’ambition du club ?

    Bien sûr, mais après ce serait intéressant d’avoir plus de joueurs du centre de formation dans l’équipe première. Après c’est vrai que le club est passé dans une autre dimenssion ce qui fait qu’il est obligé d’avoir des joueurs de renommée

    Les joueurs de centre de formation éviterait un loupé comme au Camp Nou, avec une âme en plus ?

    Je ne pense pas. Cela ne veut rien dire je pense. C’est sûr le terrain que cela se passe et dans la tête aussi. Que ce soit un joueur formé au club ou un autre, ce n’est pas cela qui va faire que vous gagnez ou pas.

    « C’est un match de fou. On ne les voit qu’à la télé. »

    C’est particulier pour vous de rencontrer Paris plutôt qu’un autre club de Ligue 1 ?

    Là, c’est le summum. Je ne pouvais pas rêver mieux comme affiche ! C’est un match de fou. On ne les voit qu’à la télé. Enfin moi non, puisqu’ils passent devant chez moi à Saint-Germain. Mais je veux dire… je ne les côtoie pas, on ne les joue qu’à FIFA (rires). Jouer contre eux, c’est la folie.

    C’est difficile de rester concentrer sur le championnat ?

    Difficile oui et non parce que là on a un objectif qui est le maintien et qui est très important pour le club parce qu’on peut pas se permettre de jouer un quart de finale contre le PSG et de descendre en CFA. Donc c’est vrai qu’on reste un peu concentrés sur le championnat même sans penser au PSG.

    Vous en avez parlé souvent entre vous ?

    Oui on en a parlé parce qu’il y a aussi beaucoup de journalistes qui viennent. Donc on peut pas laisser ça de côté, c’est impossible. Mais voilà on se chambre, « t’aurais si », « t’auras celui-là »… Mais sinon on reste concentrés sur le championnat parce que c’est important, surtout dans la situation actuelle dans laquelle on est (Avranches se bat pour le maintien, ndlr).

    Vou avez senti une différence à l’entraînement après le tirage ? Un peu plus d’intensité ou pour l’instant c’est vraiment lent ?

    Non, franchement il n’y a rien qui a changé. C’est toujours pareil. Après c’est sûr que personne ne veut être blessé. Tout le monde est concerné et tout le monde va vouloir jouer un match comme ça. Donc c’est sûr que malheureusment il y aura des deçus, mais c’est au coach de faire les bons choix et de mettre les meilleurs dans les 18.

    On a vu que Paris était un peu irrégulier. Cela laisse un peu d’espoir quand même ?

    Gameiro ne s'inquiète pas pour Unai Emery au PSG, il peut rebondir

    Emery ne peut pas prendre le risque de ne pas gagner ce soir.

    Oui mais après je pense que l’élimination en Ligue des Champions ça peut déservir un peu parce qu’ils avaient l’objectif de tout gagner. Donc là, ça va être encore pire parce qu’ils ont été éliminés donc ils ont un obectif de résultat qui doit être là. Donc ça va être compliqué à mon avis… Unai Emery ne va pas vouloir tourner même si c’est Avranches en face.

    Oui donc c’est même une mauvaise nouvelle pour vous finalement ?

    Oui voilà je pense.

    Et vous avez parler un peu tactique entre vous, comme « Faut qu’on bloque celui-là » ou « faut qu’on joue comme ça » ?

    Non franchement non, on se pose pas ce genre de question. Même en Ligue 1, ils arrivent pas à les bloquer donc on se dit que ça va être compliqué pour nous (rires). Après faut se donner à fond et pas avoir de regret à la fin du match et on sait jamais… Mais après on peut s’appuyer aussi sur ce qu’a fait Toulouse. Ils ont réussi à faire un nul et une victoire contre eux je crois. Donc peut-être analyser et voir ce que Dupraz a fait, je ne sais pas, cela peut peut-être servir.

    Mais vous allez défendre c’est ça ?

    Après je ne sais pas, on verra ce que le coach va mettre en place pour ce match là. En tout cas on en a pas encore parlé.

    Et vous, vous avez des joueurs que vous voulez voir en particulier sur le terrain ? Pour observer, apprendre, avant, pendant ou après le match ?

    Draxler J’apprécie à nouveau le football...mes qualités correspondaient à celles du PSG

    « Draxler j’aime beaucoup. Je trouve qu’il a apporté vraiment quelque chose d’autre au PSG »

    Moi je suis d’origine allemande donc Draxler j’aime beaucoup. Je trouve qu’il a apporté vraiment quelque chose d’autre au PSG en venant à la trêve. C’est un joueur que j’apprécie vraiment. Et sinon tous les joueurs qui sont formés au club, c’est important. Du coup, je suis formé là bas aussi, donc je peux voir l’évolution de Rabiot et Kimpembe. Et je pense que c’est l’avenir du club.

    C’est déjà bien qu’ils soient en Equipe de France aussi ?

    Oui franchement c’est bien. Justement faut qu’ils se servent de ces matchs d’expérience pour amener le PSG plus loin en Ligue des Champions.

    Le choix du stade vous satisfait ou ça aurait été mieux chez vous ?

    Chez nous ça aurait été toujours mieux parce qu’on est chez nous et qu’il y a toute la population autours. Mais il y aurait pas eu autant de monde qu’à Caen. Et puis le terrain aurait pu nous avantager aussi. Mais à Caen ça nous satisfait parce qu’il y aura toute la Normandie et la basse Normandie qui seront là. Ce sera un gros moment defête du foot donc c’est important.

    Le plus important c’est que ce soit une grande soirée ou c’est de penser à la qualification ?

    Le plus important c’est… j’ai envie de dire un peu des deux. C’est un moment de fête pour tout le monde. Déjà qu’on ait amené le club en quart de finale, personne aurait mis un pièce dessus. C’est une première pour le club et la ville et on voit qu’il y a une ferveur incroyable. Mais bon faut toujours penser à la qualification, c’est une histoire de foot, on est tous compétiteurs et on a tous envie de gagner. On ne joue jamais un match pour le perdre.

    « on voit vraiment que ça prend des dimensions énormes. »

    Cela a changé quelque chose dans la ville cette qualification ?

    Oui ça a pris une ampleur incroyable. Tous les magasins ont des maillots, des dossards, des drapeaux… Des gens nous pose des questions… La billeterie a été ouverte et tout a été pris en deux jours. Voilà on voit vraiment que ça prend des dimensions énormes.

    Cela peut aider d’ailleurs dans la course au maintien ce soutient ?

    C’est vrai qu’on sait qu’à Avranches le taux de supporters dépend des résultats. Si ça gagne on aura plus de supporters et si on perd, beaucoup moins. C’est vrai qu’on peut s’appuyer sur ce parcours pour avoir des supporters qui nous aide jusqu’à la fin de saison pour assurer le maintien le plus rapidement. En tout cas oui on espère avoir des supporters au stade. Tu joues devant 300 personnes ou 2.500 ça n’a rien à voir. On le voit encore plus quand on va à l’extérieur. Un exemple, l’année dernière on jouait à Strasbourg, y a 11.000, tu sens que t’as un soutien, ça te motive encore plus.

    Le président de votre club avait l’idée de jouer ce match au Stade de France. Cela vous aurait plu ?

    CDF - Le président d'Avranches a lancé le projet pour jouer au Stade de France a besoin de l'aide du PSG

    Le président d’Avranhes a espéré jouer au Stade de France.

    Moi, venant de Paris, cela me plaisait ! Même au Parc des Princes (rires). Après, c’est un projet qui lui tenait à cœur par rapport aux enfants défavorisés. Mais le prix de la location était un peu cher et c’était peut-être trop compliqué.

    Entre nous, certains préféraient jouer à Caen car ils viennent d’ici et pour la famille c’est plus simple. Il y a des avantages et inconvénients partout.

    Vous avez un objectif personnel pour le match ? 

    Pas forcément. Déjà d’être dans les 18 et fouler la pelouse.

    En tant qu’amoureux du club, vous laisseriez passer Paris ? 

    (rires) Impossible ! Même si j’aime le club, j’aime trop le football pour cela. Je suis trop un compétiteur…je n’aime pas perdre ! Mais c’est bien tenté (rires).

    Enfin, vous avez un objectif pour votre fin de carrière ? 

    Quand on est en National, on a tous l’objectif d’aller plus haut je pense. Après, je sais que j’ai 26 ans et plus j’avance plus le temps est court. Mais j’ai toujours l’objectif d’aller au dessus.

    On a vu que le football va très vite, alors on sait jamais…

    Oui c’est sûr, dans un sens comme dans l’autre. Il faut travailler et ne rien lâcher. On doit mériter ce qu’on a.

    By
    @https://twitter.com/BottemanneNicol
    OTER ?>