Restez connectés avec nous
Roche «L'affaire Leonardo c'était un peu compliqué»

Anciens

Roche «L’affaire Leonardo c’était un peu compliqué»

Alain Roche s’est exprimé auprès du quotidien Le Parisien à l’occasion de la sortie de son livre. Il est tout d’abord revenu sur sa relation avec Leonardo qui n’a pas été très longue puisque Alain Roche a rapidement quitté le Paris Saint-Germain après l’arrivée des nouveaux investisseurs.
«L’affaire Leonardo c’était un peu compliqué à un moment. Quand il arrive, tout est rose…ce n’est pas que la relation s’est dégradée, puiqu’il était toujours très sympathique. Mais du fait que je ne faisais plus grand chose, il m’a proposé une fois d’être le team manager de l’équipe. Le problème, c’est que je n’avais pas trop d’idée de ce que cela pouvait être (rires). C’était gérer, les déplacements, gérer… je ne sais pas trop en fait. Ou gérer les remplacement sur le banc oui. Si on m’avait défini le rôle qui était beaucoup plus large peut-être…mais je ne voyais pas faire ces choses-là après tout ce que j’avais fait pendant 8-9 ans.»
Membres de la cellule de recrutement à partir de 2003, Alain Roche n’a pas connu que des succès, et les plus grosses critiques à son encontre sont intervenues après les recrutements d’Everton et de Souza qui seront tous deux des flops.
«Vu les performances de ces joueurs-là arrivés dans des conditions très particulières, avec une adaptation qui est difficile pour n’importe qui… il aurait fallu leur laisser 6 mois minimum, pour apprendre la langue et notre football. On a vu que comme cela s’était passé pour Rai… Mais c’est vrai que quand Cayzac a annoncé qu’on les a vu 40 fois, cela nous a fait du mal, surtout que derrière ils sont été mauvais. Souza a été amené par Valdo, nous avons vu des DVD. Et Everton on l’avait vu 2 fois au Brésil 2 ans auparavant. C’est sûr que c’est pas 40 fois, et après cette déclaration la cellule recrutement est forcément très critiquée.»
 Forcément à l’époque le PSG n’avait pas un énorme budget, il fallait donc réaliser des coups et chercher les bonnes affaires. C’est donc un rôle compliqué surtout que quand il s’agit d’étrangers. Il y a toute une adaptation à avoir pour ces joueurs, ce qui peut parfois avoir un impact. Pour preuve à l’heure actuelle le brésilien Lucas réalise de bonnes performances, mais après 3 ans au clubs il reste décevant alors qu’il était comparé à Neymar avant son arrivée.
Publicités

Derniers articles

Autres articles présents dans Anciens